Quel est l'impact du Coronavirus sur l'emploi?

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 27 févr. 2020

De nombreuses entreprises pâtissent de la propagation du Coronavirus dans le monde. Mais qu’en est-il des salariés des secteurs directement concernés ? De leurs droits ? Et le travailleur belge dans tout ça ?

coronavirus

Alors que le nombre de personnes contaminées par le Covid-19 ne cesse d’augmenter et que la « pandémie », pour reprendre l’expression de l’OMS, est imminente, les entreprises se tiennent prêtes.

La plupart d’entre elles ont déjà dû affronter les conséquences de l’épidémie. Le secteur du tourisme et l’industrie du voyage sont les premiers touchés : les vols et les réservations d’hôtel sont annulés. Ce qui oblige les compagnies à gérer leur service à la clientèle en proposant, entre autres, des remboursements et des assurances annulation. Le trafic aérien se voit profondément bouleversé et faire face à la grogne de nombreux voyageurs.

Des multinationales, spécialisées dans la restauration ou le divertissement, ont ajusté leurs relations avec la Chine. Starbucks a fermé 90 établissements, suivi de KFC, Pizza Hut et McDonald’s. Disney a fermé deux de ses parcs de divertissement. Les sociétés, belges et autres, cherchent des biais à l’approvisionnement chinois, elles consultent leurs voisins, puisent dans leurs réserves, etc.

L’économie bat de l’aile. Avec l’arrivée subite de plus de 200 contaminations sur le sol italien, la Bourse milanaise perdait ce lundi plus de 5%. Le Bel 20 est aussi perdant : hier, moins 3,6%, selon L'Écho, et plus de 10% de perte en une semaine.

>> A lire aussi : Le chômage est mauvais pour la santé

Force est de constater que de nombreux domaines sont impactés par le Coronavirus. Et la liste est encore longue. Mais concrètemet, en termes de droit du travail, que se passe-t-il ? L’entreprise doit-elle fermer ? Que devient l’employé ?

En Belgique, plusieurs dispositions ont été mises en place. Depuis début février, il est possible d’invoquer le régime de chômage temporaire pour force majeure. En date du 21 février, seules 7 entreprises ont fait cette demande, soit un total de 25 employés, selon les chiffres de l’OMS.

Si les salariés se retrouvent dans l’incapacité de prester leurs tâches correctement (suite à un manque d’approvisionnement ou autre motif), ils sont renvoyés chez eux, chômeurs pour quelques temps. « L’employeur sera tenu d’introduire, auprès du bureau de chômage compétent pour son lieu d’établissement, un dossier contenant des éléments de preuve qui démontrent la force majeure et l’existence d’un lien entre le coronavirus et la force majeure », explique Catherine Mary, Legal Expert chez Partena Professional.

Le travailleur qui se retrouve bloqué ou confiné à l’étranger peut également bénéficier du chômage pour cause de force majeur. Même cas de figure s’il est mis en quarantaine après son rapatriement en Belgique. Et si l’employé souffre du coronavirus ?  « S’il est hospitalisé, le travailleur sera vraisemblablement assimilé à n’importe quel travailleur malade » indique Partena à L’Écho. L’employeur devra donc, en principe, verser le salaire garanti pendant un mois. ». Si la période de maladie se prolonge, c’est la mutuelle qui intervient.

La Belgique est prête.

>> A lire aussi : Santé et sécurité au travail

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi