Quelles maladies professionnelles peuvent être indemnisées?

La tendinite a désormais rejoint la liste des maladies professionnelles. Une bonne nouvelle pour ceux qui en souffrent: ilspourront désormais être indemnisés plus radpidement et plus facilement. Mais comment introduire une demande d'indemnisation? Pour quelle pathologie

Si vous souffrez d’une maladie causée par votre travail, vous pouvez introduire une demande d’indemnisation au Fonds des Maladies Professionnelles (FMP). Il existe ainsi une liste de ces maladies dédommageables. Cependant, si vous pouvez prouver que vous souffrez d’un mal qui ne se trouve pas dans cette liste mais qui est tout de même causée par votre travail, vous pouvez également introduire une demande.

Quelles maladies peuvent être indemnisées?

Depuis une dizaine d'années, il est possible de se faire indemniser pour certaines plaintes qui n'apparaissent pas dans la liste des maladies professionnelles reconnues, comme par exemple celles liées à une surcharge de travail. Depuis, il y a eu 40% d'augmentation de ces plaintes. La majorité concerne l'exposition à des vibrations ou des bruits ou l'inhalation de certaines substances telles que l'amiante ou la farine de boulanger.

Les solvants aussi sont cause de problèmes, et se trouvent dans un grand nombre de vernis, de peintures, de détergents et d'encres. On en connaît les effets sur la santé lors de trop grande exposition: perte de la concentration, troubles de la mémoire et durcissement du caractère. Les solvants et l'amiante sont le plus souvent remplacés aujourd'hui par des produits plus nouveaux, reste à savoir si ceux-là ne comportent pas non plus de risques pour la santé.

Simon Bulterys est le directeur du contrôle médical chez IDEWE: "Avant, les personnes qui travaillaient avec un pistolet à peindre et des solvants étaient enfermés dans une cabine. Que fait-on aujourd'hui? On remplace cette peinture à solvants par une fine couche de poudre de TGC (isocyanure triglycéride) que l'on applique par électricité statique sur les métaux à peindre. Une pellicule se forme alors à haute température. Seulement, il y a eu une vague de panique récemment après qu'on ait découvert que la TGC avait des effets sur les cellules de sperme des rats. Pensez aux implications en sachant que ce travail est effectué surtout par de jeunes hommes. De nouvelles analyses se sont avérées plus rassurantes. Un autre exemple: certaines formes d'amiante sont remplacées par ce qu'on appelle des "man made fibres". Que savons-nous sur cette nouvelle matière? La science et l'industrie sont continuellement à la recherche de nouvelles substances et d'autres matériaux. Cependant, les répercussions sur la santé ne sont parfois visibles qu'après plusieurs années d'incubation. Les solutions d'un problème peuvent devenir la source d'un autre. "

Nombre de demandes traitées en 2009 et 2010 par le FMP (classé par maladie)


Nombre de demandes traitées en 2009 et 2010*

Maladies

2098

Lumbago

2100

Maladie du système respiratoire

1429

Surdité

1381

Syndrôme du canal Carpien

872

Tendinite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*Seulement pour les salariés du secteur privé

En 2009 et 2010, la plupart des demandes d’indemnisations ont donc concerné des maladies du dos ou de la respiration. Viennent ensuite les problèmes d’ouïe, de pouls ou d’inflammation du tendon.

Les tendances dans les affections et dans les maladies professionnelles

On peut clairement discerner certaines tendances, mais il est parfois difficile de prouver le lien entre les plaintes et le travail effectué. Le Docteur Bulterys donne un exemple:" Prenez par exemple la caissière qui souffre d'yeux rouges et irrités. Après examen, il apparaît qu'elle est allergique au nickel et qu'elle ne peut donc changer de la monnaie sans réaction allergique. Son allergie est née du port de boucles d'oreilles contenant du nickel lorsqu'elle était jeune. Ceci afin d'illustrer que les plaintes naissent en général de différents facteurs, et qu'il est donc difficile de n'accuser que l'environnement de travail."

Les maladies classiques telles que l'asbestose ou la silicose sont plus ou moins éradiquées, mais les gens continuent d'avoir des réactions allergiques ou des problèmes cutanés. Ce n'est pas étonnant lorsqu'on sait qu'il y plus du double de produits chimiques par rapport à 1950. On utilise beaucoup de laques pour cheveux ou de déodorants au quotidien et notre peau ne les supporte pas nécessairement.

Les lésions dues à la surcharge de travail feront sans doute grand bruit dans les années à venir. On a vu une grande augmentation de la prévention et de la sécurité pendant cette décennie, mais il manque souvent encore une bonne harmonie entre l'homme et la technique au travail. L'homme et la souris ont encore un long chemin à parcourir avant de se trouver…

Retour à la liste