Quels changements à venir pour les indépendants?

Publié : Par

En 2017, la sécurité sociale en charge des indépendants devrait dégager un boni de 171 millions d’euros. Le ministre des Classes moyennes et des Indépendants, Willy Borsus (MR), entend profiter de la bonne forme de la Sécu des indépendants afin d’améliorer leur statut social, relayent nos confrères de l’Écho.

Les indépendants sont toujours plus nombreux, relève le ministre. En 2016, leur nombre a augmenté de quelque 23.000 unités, pour atteindre un record: 1.058.522. La grande majorité (714.412) l’est à titre principal. Par ailleurs, la Belgique compte 245.035 indépendants complémentaires et 99.075 indépendants actifs après la pension.

> Voir aussi : Le travail freelance est de plus en plus envisagé par les Européens

Fort de ce bilan Willy Borsus entend bien poursuivre la tendance initiée en 2003 par Sabine Laruelle et qu'il a fait sienne depuis 2014. À savoir: renforcer le statut social des indépendants et faire coller, là où c’est pertinent, les prestations des indépendants à celles pratiquées via le régime des salariés.

Voici différentes mesures envisagées :

Congé de paternité: l’idée est d’octroyer dix jours aux pères indépendants, payés à un forfait brut de 449,32 euros la semaine, soit une allocation identique à celle que perçoit une femme indépendante durant son congé de maternité.

> Voir aussi : Comment gagner de l'argent sans sortir de chez soi? 

Seuils de cotisations sociales: les indépendants ne connaissent actuellement que deux seuils: 13.296,25 euros et 26.542,49 euros. Willy Borsus souhaite multiplier ces seuils: de deux actuellement, ils passeraient à six, en ajoutant des paliers intermédiaires (16.752,22 euros et 21.106,47 euros) et supérieurs (37.607,47 euros et 53.1843,98 euros). “C’est en cours, nous attendons l’accord du Budget”, indique le cabinet.

Des autres mesures? Certaines sont à l’étude, mais à ce stade Willy Borsus ne souhaite pas en dire davantage. Le ministre agirait encore en matière de cotisations sociales, mais aussi d’accompagnement des “starters” ou de congés de maladie, termine l’Écho.

> Voir aussi : Les finances des indépendants se portent mieux

Retour à la liste