Retard ou absence dus à une grève: suis-je en tort ?

Publié : dimanche 1 octobre 2017

Les travailleurs de la SNCB organisent une grève ce mardi. Des actions de blocage paralysent les grands axes routiers. Résultat: vous arrivez au travail avec quelques heures de retard ou n'arrivez pas du tout. Quelles en sont les conséquences?

Serez-vous payé ce jour-là ?

Principe
Si vous arrivez au travail avec du retard ou n'arrivez pas du tout, votre employeur reste obligé de vous payer cette journée. Le fait que vous n'êtes présent qu'un nombre d'heures limité, n'y change rien. Certaines conditions doivent toutefois être remplies.

Suis-je obligé de prendre ma voiture de société pour venir travailler?

Conditions

  1. Vous devez vous rendre au travail dans des conditions normales de lieu, de temps et de moyens. Vous devez donc partir de votre domicile habituel, à  l'heure habituelle et avec le véhicule habituel. En outre, il doit s'agir d'un jour de travail normal.
  2. Vous devez être apte au travail au moment où vous vous rendez au travail. En d'autres mots, vous devez être mentalement et physiquement en état d'effectuer un travail normal.
     
  3. La cause du retard ou de l'absence doit survenir sur la route du travail. Une grève des trains, des embouteillages, le blocage d'axes routiers, une inondation,... constituent des raisons valables pour autant que ces événements surviennent sur la route du travail. En revanche, si vous n'entendez pas sonner votre réveil, vous perdez votre droit au salaire journalier.
     
  4. La raison du retard doit vous prendre au dépourvu alors que vous vous rendez sur votre lieu de travail. Une grève des transports en commun, annoncée dans les médias, ne prend pas vraiment le travailleur au dépourvu sur la route du travail. De même, un blocage annoncé dans les médias ou qui dure depuis un certain temps, ne peut être considéré comme un événement imprévisible. En revanche, un blocage dont le travailleur ne pouvait raisonnablement avoir pris connaissance, peut l'être.
     
  5. La cause du retard ou de l'absence est indépendante de la volonté du travailleur. Vous devez donc faire tout ce qui est en votre pouvoir pour arriver au travail à  l'heure. L'employeur peut d'ailleurs vérifier si vous avez déployé suffisamment d'efforts pour atteindre votre lieu de travail dans les temps. Il doit, pour cela, tenir compte de l'ensemble des circonstances et des conditions.

Autres exemples

Exemples de circonstances dans lesquelles vous pouvez arriver en retard au travail ou ne pas arriver du tout: intempéries (fortes chutes de neige, verglas, brouillard, inondation), panne de voiture ou embouteillages imprévisibles.

Quand un travailleur licencié doit-il rendre les clés de sa voiture de société ?

Dans chacune de ces situations, les conditions ci-dessus devront être remplies simultanément afin de garantir le paiement du salaire journalier.

La Belgique, un des pays où on fait le plus grève.

Etes-vous autorisé à  quitter le travail plus tôt afin d'éviter les blocages?

Un travailleur a droit au salaire journalier garanti si, pour une raison indépendante de sa volonté, il ne peut poursuivre son travail (cas de force majeure).

Travailler dans le train est contre-productif.

D'un point de vue strictement juridique, les blocages d'axes routiers ne constituent pas un cas de force majeure: il n'est, en effet, pas impossible au travailleur de poursuivre le travail. En principe donc, le salaire journalier n'est pas dû. Vous ne pouvez donc quitter le travail plus tôt afin d'éviter les blocages.
> À la recherche d'un nouveau challenge professionnel? Découvrez plus de 1.500 jobs ici !

Retour à la liste