Retour au travail hybride : les employés et les employeurs sont-ils prêts ?

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 18 nov. 2021

Nouvelles restrictions. Retour case départ. Une journée par semaine au bureau, le reste à la maison. Mais les travailleurs et les entreprises sont-ils prêts à refranchir le cap du passage au travail hybride ? 

travail hybride

Dès lors que le Comité de concertation vient d’annoncer, le 17 novembre dernier, que le télétravail serait obligatoire 4 jours par semaine, les Belges doivent, une fois de plus, composer avec un nouveau rythme de travail hybride.

Rien n’est inédit. Le schéma se répète. Mais les employés et les employeurs sont-ils prêts à refranchir ce cap du presque 100% distanciel ? Les entreprises sont-elles agiles et peuvent-elles faire passer leur organisation d’une présence au bureau ponctuelle à une seule journée ?

Pour Mario Santy, expert de la méthode de travail hybride au sein de la société de conseil BDO, il n’y a aucun problème à cet égard. En effet, selon lui, l’intégration des nouvelles méthodes d’organisation de travail ne date pas de la pandémie, elle s’est intensifiée avec. « La crise sanitaire a contraint de nombreuses organisations à renvoyer leurs travailleurs à domicile. Il s’est avéré nécessaire qu’elles équipent leur personnel à distance et qu’elles exploitent de nouveaux outils. » Les sondages menés par le cabinet BDO durant la période de crise ont d’ailleurs révélé que beaucoup d’employés ne disposaient pas d’ordinateurs portables chez eux.

Par ailleurs, ces enquêtes ont démontré que les Belges, avec les confinements successifs, sont devenus de plus en plus demandeurs de travailler depuis leur domicile. « En 2021, les gens veulent faire plus de télétravail », constate l’expert.

Le travail hybride, une constante pour le futur

« La situation actuelle n’est pas nouvelle ni négative, au contraire, elle présage du bon. Nous avons été confinés puis nous sommes retournés au bureau. Les organisations qui ont profité de la situation pour se remettre en question et déterminer ce qui doit être accompli en télétravail ou au bureau ne vont pas avoir des difficultés pour réaliser, une fois de plus, leur transition », ajoute-t-il.

L’objectif des entreprises qui n’ont pas encore effectué leur transition ? Se questionner et s’adapter au travail hybride. Et pour cause, « Le travail hybride est amené à être une constante. C’est la forme de travail du futur et il faut prendre cette période à venir comme une période d’expérimentation »

Enfin, l’expert attire l’attention sur le fait que, cette année, lors des entretiens d’évaluation de fin d’année, une discussion ouverte sur 2021 doit s’établir entre le manager et le travailleur.

L'entretien est l’occasion de faire le bilan et de voir ce qui a été et ce qui n’a pas été. Établir une relation de confiance entre l'employeur et l'employé est aussi est primordial. "Il ne faut pas uniquement parler des performances de cette année. Il faut également mettre l’accent sur le social et voir comment la personne a évolué en 2021 dans ce contexte particulier. N'oubliez pas que c'est la fin de l'année, la pression est à son comble et les personnes sont émotives. Misez sur l'humain." , conclut Mario Santy.

>> À lire aussi : 4 avantages du travail hybride

>> Consultez toutes nos offres d'emploi