Se former pour découvrir une autre facette du métier d’infirmier

Rédigé par: Laurence BRIQUET
Date de publication: 10 mai 2023
Catégorie:

Passer du métier d’infirmier à celui de cadre avec des responsabilités managériales implique souvent de reprendre des études. Au CHU UCL Namur, ces études sont financées par l’établissement qui met également en place des congés formation. Portrait de deux infirmiers qui vont bénéficier de cette belle opportunité…
UCL namur
Pouvoir se former et continuer à développer ses compétences au sein de son travail, c’est clairement un critère d’attractivité pour une entreprise. Le CHU UCL Namur l’a bien compris. L’établissement offre à ses cadres une formation managériale et les congés formation afférents dans le but de leur permettre de peaufiner leurs compétences en management. Selim Belhaloumi, cadre intermédiaire sur le site de Dinant, fait partie des collaborateurs qui vont, à la rentrée scolaire prochaine, retourner sur les bancs de l’école pour y reprendre le master en santé publique avec une orientation en management des organisations de santé. « J’ai fait mes études à la haute école provinciale de Namur, avec une spécialisation en bloc opératoire, et, en tant que militaire, j’ai été détaché à l’hôpital militaire au bloc opératoire », explique-t-il.

En 2016, il décide de prendre une pause carrière d’un an (qui durera finalement 4 ans) pour aller travailler en tant qu’infirmier en chef au bloc opératoire d’une clinique privée de Marrakech. « J’ai fait, à l’époque, quelques intérims à la direction des soins puis j’ai été contacté pour diriger le département infirmier d’un groupe de cliniques, toujours au Maroc. Il y avait 2 cliniques existantes et 2 à ouvrir, pour lesquelles il fallait s’occuper, entre autres, du recrutement ».

Master en santé publique
De retour en Belgique, fin 2022, il postule au CHU UCL Namur. « Je n’avais pas le master mais j’ai pu valoriser mon expérience. J’ai donc passé les entretiens et les assessments et j’ai été repris comme cadre intermédiaire. Je vais démarrer, en septembre, le master en santé publique avec l’orientation management des organisations de santé, à Liège. C’est un master que je voulais faire depuis des années. J’ai un parcours de 15 ans dans l’armée et 7 ans à l’étranger où j’ai toujours géré des équipes. C’est donc génial de pouvoir le faire tout en continuant mon travail », note Selim Belhaloumi.

Alexandre Boutelier, infirmier en chef sur le site de Dinant, va également reprendre des études à la rentrée il ne sait pas encore si ce sera à l’école des cadres de Namur ou dans une université. « J’ai fait mes études d’infirmier à Tournai et ma spécialisation SIAMU à l’Henallux, à Namur. J’avais envie de travailler dans la région de Dinant. Je suis arrivé aux urgences du CHU UCL Namur en juillet 2010 où je suis resté jusqu’après le confinement. Après ça, j’ai souhaité un peu de changement et on m’a proposé les consultations. J’ai également fait un peu d’aide aux équipes des soins intensifs jusqu’en juin 2022 », explique-t-il.

Une belle opportunité
C’est à cette époque qu’un poste d’infirmier chef adjoint s’est ouvert. « J’ai postulé, j’ai été repris. Fin de cette année-là, au départ du chef de service, j’ai repris la fonction jusqu’en janvier avant de postuler pour ce poste que j’ai obtenu ». A son tour donc de suivre la formation managériale. « J’ai toujours voulu être urgentiste. Au départ, faire ce genre de formation n’était pas un objectif en soi mais, aujourd’hui, je réalise que c’est une opportunité et que ça me permettra de découvrir une autre facette du métier d’infirmier ».

A la rentrée prochaine, ils entameront donc un nouveau chapitre professionnel avec la reprise de leurs études dont le coût sera pris en charge par le CHU UCL Namur

Alexandre Bouteilier - CHU UCL Namur [square]      Selim Belhaloumi - CHU UCL Namur [square]
Alexandre Boutelier, infirmier en chef sur le site de Dinant et Selim Belhaloumi, cadre intermédiaire sur le site de Dinant