Serez-vous impacté par les mesures pour l’emploi en 2017?

Mardi soir avait lieu la traditionnelle réception de Nouvel An de l’Union Wallonne des Entreprises au Château de Genval. Charles Michel y a, entre autres, souligné les bénéfices du tax shift qui a permis l’allègement de 8 milliards d’euros de charges sur le travail ainsi que 105 000 emplois créés en deux ans.

> Découvrir toutes nos nouvelles offres d'emploi ici

Pour l’avenir, Charles Michel prévoit d'autres mesures pour l’emploi comme la baisse des charges pour les PME, l’augmentation du pouvoir d’achat des indépendants ainsi que la mise en place d un tax shelter afin de favoriser le financement des PME. Il a également évoqué le fait de favoriser les flexi-jobs dans l’Horeca.

Yves Prete, président de l’UWE, également présent, était moins optimiste. Il a, entre autres, souligné l’inadéquation qui existe actuellement entre les besoins du marché du travail, les compétences des jeunes et les demandeurs d’emploi.

> Voir aussi: Chaque travailleur perdra 400 euros par an en 2017

Qu'en penser? 

Près de 105.000 emplois ont en effet été créés en Belgique depuis la mise sur pied du gouvernement Michel en octobre 2014. C’est ce que révèlent les chiffres de l’Institut des comptes nationaux. Mais le taux d’emploi, lui, ne progresse paradoxalement pas. 

Les deux-tiers des emplois (72.000) ont été créés dans le privé, à l'exception des secteurs de l’industrie et de la construction, où l’emploi reste en berne. Les soins de santé ont pour leur part généré 30.000 jobs en deux ans. 

Selon l’Institut, ces chiffres sont le résultat du redressement économique et de l’amélioration de la position concurrentielle du pays. 

Néanmoins, ces données sont à relativiser : les performances de la Belgique au niveau du taux d’emploi (le rapport entre le nombre de personnes qui travaillent et celles en âge de travailler) restent inférieures à la moyenne européenne. 

En effet, ce taux stagne en Belgique : il était de 61,8% en 2015, alors qu’il se situait à 61,9% l’année précédente, selon Eurostat. C’est très loin de la zone euro (64,8%) ou de la moyenne européenne (66%). Sans même parler de l’objectif qui a été assigné à la Belgique par l'Union européenne pour 2020 : 73,2%. Le Bureau du Plan estime qu’il faudrait revoir les chiffres de l emploi à la hausse, voire les doubler, pour atteindre cet objectif.

> Voir aussi : Les salariés belges sont stressés et boivent trop

Des chiffres souvent critiqués par l’opposition au gouvernement Michel. Elle affirme qu’ils ne disent rien sur la qualité des emplois créés. Aucune indication n’est fournie pour savoir s’il s’agit d’emplois à temps partiel, intérimaires ou à durée déterminée.

> Voir aussi: La vérité sur le salaire de Donald Trump

Par

Publié :

Retour à la liste