Seul 1,9 % des travailleurs prend un congé-éducation rémunéré

Date de publication: 26 août 2019

En 2018, 1,9 % des travailleurs du secteur privé a eu recours au système du congé-éducation payé (CEP), selon les calculs du prestataire de services RH ACERTA. Il est étonnant de constater que ce pourcentage a encore baissé : en 2017, 2,0 % des travailleurs a pris un CEP, ce qui représentait déjà un faible taux. Malgré l’importance croissante de la formation continue, le travailleur belge opte peu pour le congé-éducation payé.

Formation

Acerta constate également de nettes différences régionales. En Wallonie, 1 % des travailleurs à peine utilise le congé-éducation payé, soit la moitié de la moyenne pour la Flandre (2 %). Le congé-éducation payé est une compétence régionale et, à partir du 1er septembre, le CEP en Flandre est remodelé sous la forme d'un nouveau congé de formation flamand (Vlaams Opleidingsverlof, VOV), un système visant plus de performances pour les travailleurs désireux de suivre une formation axée sur le marché de l’emploi ou la carrière.

 

Les Belges ne se recyclent pas avec le congé-éducation payé : 1,9 % et 51 heures

Le système du congé-éducation payé prévoit qu’un travailleur qui suit des formations déterminées peut prendre un certain nombre d’heures de congé supplémentaires auprès de son employeur à cet effet. Nous pouvons partir du principe que le nombre d’heures de congé-éducation rémunéré constitue une très bonne indication du nombre de formations suivies par les travailleurs de leur propre initiative.

En 2018, 1,9 % des travailleurs belges du secteur privé a eu recours au congé-éducation payé (CEP), selon les chiffres d’ACERTA. L’utilisation du congé-éducation payé recule donc pour la cinquième année d’affilée.

>> Découvrez toutes nos offres d'emploi