Shayp : lutter contre la pénurie d’eau en visant les fuites

Les pénuries d’eau, de plus en plus fréquentes à cause du réchauffement climatique, de la croissance démographique et de la pollution, rendent d’autant plus utile le suivi des consommations d’eau dans les bâtiments. Ingrid Nolet est responsable de la communication et de la durabilité de Shayp, entreprise qui, depuis 2019, commercialise une solution de suivi des consommations d’eau dans les bâtiments.

Ingrid Nolet

Ingrid Nolet: «Les personnes qui postulent chez nous veulent travailler pour une entreprise à impact positif, porteuse de sens et innovante.» © AURORE DELSOIR

En quoi consiste la solution Shayp ?

Elle est constituée de deux éléments : un petit boîtier hardware qui se connecte directement au compteur d’eau existant, mesure les données de consommation et les envoie au cloud via une partie software très intéressante. C’est une « API » ouverte, c’est-à-dire une interface de programmation d’applications qui peut donc être intégrée dans d’autres systèmes de gestion d’énergie. Par exemple, si les clients d’un grand groupe de gestionnaires de maintenance, comme Vinci Facilities, CBRE, Engie, etc., souhaitent intégrer les données de consommation d’eau dans une plus grande plateforme de gestion d’énergie, où il y a également l’électricité et le gaz, c’est possible. Ils peuvent aussi intégrer leurs données dans notre propre plateforme, qui est vraiment conviviale et intuitive. La partie hardware de l’installation est fabriquée pour durer 10 à 15 ans et pour être complètement recyclable en fin de vie. L’installation détecte les fuites en temps réel. En moyenne, nous observons une économie de 22 % sur les factures d’eau, une réduction du risque de dégâts des eaux et une maintenance optimisée.

Combien de personnes occupe Shayp et quels sont les profils de vos salariés ?

Actuellement, nous avons une petite équipe d’environ 25 personnes qui travaillent dans quatre départements. On a donc une grande équipe de développeurs pour la partie software. Elle fait en sorte que l’application fonctionne bien. Que toutes les fonctionnalités soient ajoutées, mises à jour et améliorées. Ensuite, nous avons l’équipe commerciale, composée de trois vendeurs qui se répartissent les différents pays ciblés en fonction des langues. Ils sont soutenus par des SDR (Sales Development Representatives) qui réalisent toutes les études de marché et préparent les terrains. Les prospects qui deviennent clients de Shayp sont eux-mêmes soutenus par des CSM (Customers Success Managers) qui les accompagnent du début à la fin et donnent une formation aux utilisateurs de notre application pour qu’ils puissent l’utiliser en toute autonomie ensuite. Ils communiquent aussi avec mon équipe, le département communication, marketing et impact. C’est-à-dire que si un client veut mettre ses engagements durables en avant, on l’aide à rédiger un article, programmer une interview ou réaliser une vidéo. Ce troisième département est donc composé de spécialistes du marketing pur et dur, de la communication technique et digitale, mais aussi de la communication, des relations avec la presse, et tout ce qui a trait à la durabilité. L’objectif est de montrer l’impact qu’on peut avoir sur l’environnement en utilisant une solution durable qui rend les bâtiments résilients en eau. Le dernier département concerne la comptabilité et les RH. Chacun des trois cofondateurs de Shayp gère un département et veille à ce que tout le monde soit aligné dans la même vision. Chaque nouvel employé a droit à ce que nous appelons un « onboarding », avec différentes formations données par les managers pour savoir quel est le rôle de chacun.

Quelles sont les raisons qui attirent les personnes qui postulent ?

D’abord, elles veulent travailler pour une entreprise à impact positif, porteuse de sens et innovante. Elles cherchent aussi un environnement de travail motivant, international – 10 langues différentes sont parlées au sein de l’équipe ! – et laissant une grande capacité d’autonomie et de prise de responsabilités.

Retour à la liste