Smart, une solution coopérative intelligente pour tous

Rédigé par: Youri Demianoff
Date de publication: 20 déc. 2019
Catégorie:

Smart I

La coopérative Smart permet à ses sociétaires travailleurs autonomes de développer leur activité économique dans un cadre sécurisé, notamment via des revenus socialisés et fiscalisés, mais aussi en mettant à leur disposition des outils administratifs. La situation d’entrepreneur-salarié chez Smart, accessible à toutes les professions non-réglementées, permet ainsi de réconcilier la protection sociale et une vraie dynamique entrepreneuriale.

Créée en Belgique en 1998 sous forme d’ASBL par Pierre Burnotte et Julek Jurowicz, la Société Mutuelle pour artistes (SMart) s’est transformée en 2017 en Société Coopérative à Responsabilité Limitée et à Finalité Sociale (SCRLFS). Plus récemment, elle a abandonné son acronymie pour ne garder que le nom qui en résulte. Ce changement d’identité marque la volonté de la coopérative de refléter la diversité des profils de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs qui s’adressent à elle, quel que soit leur secteur d’activité. Nous avons rencontré Virginie Moyersoen, Chargée de Communication presse & relations publiques et Maxime Dechesne l’un des deux administrateurs délégués (NDLA: l’autre étant Anne-Laure Desgris. Le binôme ayant pris la succession de Sandrino Graceffa), qui nous ont expliqué comment cette entreprise partagée entendait être un véritable vecteur d’inclusion sociale en favorisant le développement des projets professionnels de tout qui en aurait besoin.

smart

Maxime Dechesne et Anne-Laure Desgris, les deux administrateurs délégués.

>> Travailler chez Smart

Smart, qu’est ce que c’est ?

«Nous nous définissons comme une entreprise partagée. Elle se compose de personnes qui ont un projet professionnel impliquant donc une dimension économique, et qui rejoignent une entreprise déjà existante qu’ils partagent collectivement, et qu’ils utilisent comme véhicule de leur projet personnel. Ils deviennent salariés de cette entreprise qu’ils partagent, tout en conservant la liberté de mouvement et de comportement économique d’un indépendant. C’est donc un système qui allie avantageusement autonomie et solidarité » introduit M. Dechesne.

virginie moyersoen [square]

Virginie Moyersoen, chargée de communication.

Une entreprise «partagée»

«Une entreprise partagée désigne une entreprise constituée de travailleurs autonomes qui décident de s’associer pour exercer leur métier en mutualisant un ensemble de services et d’outils inhérents à la création d’activités économiques. Plutôt que de créer chacun leur propre structure, ils utilisent l’entreprise partagée qui constitue le véhicule commun, juridique, administratif et assurantiel emprunté par l’ensemble des entités associées afin d’agir économiquement: investir, acheter, engager du personnel, produire ou encore vendre» poursuit-il. Mais ce partage va même plus loin. Notamment au travers la mutualisation de certains moyens de production, des investissements dans du matériel ou dans des «tiers-lieux« et espaces de coworking comme celui situé au siège de Smart, au 72 de la Rue Coenraets à Saint-Gilles ou l’espace LaVallée à Molenbeek.

Être considéré comme un entrepreneur-salarié

Une entreprise partagée dans laquelle une partie des revenus de chacun (6.5%) est mise en commun et donc mutualisée, pour financer (indépendamment de la protection inhérente au statut de salarié) des outils et fonctionnalités à disposition de tous tels que: système de gestion, comptabilité, TVA, assistance juridique et administrative, gestion assurantielle (risques, impayés, récupération de créances, fonds de garantie salariale), etc.. Les travailleurs gèrent donc leurs activités et facturent leurs prestations de manière autonome. Ils trouvent leurs clients, décident du montant à facturer et disposent d’une liberté d’action. Aux yeux de leurs clients, ils agissent donc comme n’importe quel travailleur indépendant. À chaque prestation, Smart devient l’employeuse leur permettant de bénéficier du statut de salarié. L’entreprise se charge dès lors d’effectuer toutes les déclarations sociales et fiscales découlant de leurs activités tout en leur assurant la protection sociale la plus élevée et en développant un ensemble d’autres services mutualisés. Le statut ainsi créé pourrait être qualifié d’entrepreneur-salarié.

Smart, ça s’adresse à qui?

Smart entend proposer une solution à toutes celles et ceux qui en ont besoin. Tous les travailleurs autonomes, porteurs de projet. Quel que soit le profil de ses utilisateurs (prestataire de services, artiste, TPE/PME, association…), qu’ils souhaitent prester un jour ou développer leurs activités de façon pérenne, qu’ils projettent d’employer du personnel, qu’ils envisagent des investissements importants ou qu’ils aient simplement besoin de facturer une prestation. «Tous les métiers, mis à part les professions réglementées, peuvent être accueillis chez Smart: jardinier, consultant, informaticienne, coach sportif, formatrice, vidéaste, peintre,... Nos publics se sont très largement diversifiés ces dernières années et nous aspirons à ce qu’ils le soient davantage encore, et ainsi rendre accessible au plus grand nombre notre solution socialement sécurisée pour exercer leur métier» ajoute-t-il.

Gouvernance démocratique et participative: le pourquoi de la forme coopérative?

Smart a fait le choix de s’organiser sous forme de coopérative ouverte. À ce titre, elle ne filtre pas ses sociétaires et promeut une gouvernance participative active, avec d’autant plus d’efficacité qu’elle a fait le choix de ne pas rémunérer ces derniers: ni dividendes, ni valorisation des parts sociales. Cette formule leur garantit le contrôle de la richesse créée par leur travail. «Les travailleurs sont propriétaires de l’entreprise. La forme coopérative et les mécanismes et instances de décision et de participation directe en sont une concrétisation et une matérialisation logique et naturelle» conclut-il.

Une solution novatrice et sécurisante qui a anticipé et qui continue d’accompagner de grands changements sociétaux, tel que notamment le développement de nouvelles formes de travail, plus flexibles, hybrides et moins linéaires. Une idée inspirée et inspirante?

>> Travailler chez Smart