SOS emploi : des candidats en quête de formation

Pendant toute la journée du 22 octobre, nos rédactions se sont mobilisées en faveur de l’emploi. Focalisée sur les formations dans les secteurs qui recrutent, l’opération SOS Emploi menée par Références, Le Soir, Sudpresse et Bel-RTL a permis à plusieurs centaines de chercheurs d’emploi de se manifester.

Nous avons recueilli près de 300 questions d’auditeurs en direct, précise Grégory Hulstaert, Marketing Manager de Références. Chacun de nos experts a pris le temps de rappeler et d’aiguiller ces auditeurs au cas par cas. Certains recruteurs qui étaient en recherche de candidats ont pu, par ce biais, rentrer en contact avec des personnes qui affichaient le profil souhaité.

Le gestionnaire de gaz et d’électricité Sibelga, par exemple, qui compte recruter 30 personnes avant la fin de cette année, a pu faire la connaissance d’une candidate – coiffeuse – qui pourrait intégrer prochainement ses équipes administratives. Nous avons pu conseiller des gens qui veulent réorienter leur carrière, changer de secteur, mais sans savoir nécessairement à quelle porte frapper, confie Tara Vandenbranden, responsable du recrutement chez Sibelga. Nous les orientons alors vers un centre de compétences ou des formations qui répondent à leurs besoins.

Pour ce public, quatre secteurs semblent porteurs : l’hébergement et la restauration, des activités scientifiques et techniques (bureaux d’études, recherche et développement, réseaux de gaz et d’électricité), des activités de transport, les services administratifs et l’enseignement. Sur antenne, l’accent a été mis plus particulièrement sur les pénuries dans les métiers techniques, désertés depuis des années dans l’enseignement, mais de plus en plus recherchés sur le marché. Un terrain connu, pour les conseillers présents à l’événement, puisque des sociétés comme Elia, Ores, Sibelga ou la Stib ont créé leurs propres académies pour former des électriciens, des plombiers et des chauffagistes à leurs métiers.

Paradoxalement, nous avons été confrontés à de nombreux techniciens qui ne trouvent pas d’emploi, souligne Gregory Hulstaert. Or, il suffit parfois d’un rien, d’un simple réajustement de compétences pour qu’ils puissent accéder à l’emploi. À l’autre extrémité, et notamment via le chat où 280 personnes ont pu poser leurs questions, les experts ont été confrontés à des candidats qui ont toutes les qualifications requises, mais ne parviennent pas à trouver d’emploi. La plupart du temps, leurs CV sont simplement mal rédigés, observe Tara Vandenbranden. Leurs qualités n’apparaissent pas sur le papier. Et puisqu’ils ont du mal à mettre leurs compétences en avant, leurs candidatures sont systématiquement recalées.

Les experts ont donc pu justifier leur statut en divulguant des conseils très pratiques aux candidats. Jamais, il n’y a eu autant de formations à disposition des chercheurs d’emploi, constate Barbara Mertens, rédactrice en chef de Bel-RTL. Mais cette édition le montre : le marché de l’emploi est devenu tellement exigeant, que les gens se sentent perdus, seuls et désinformés face aux démarches à effectuer pour se former, se réorienter… ou simplement postuler. Prochain rendez-vous au mois de mars.

Retour à la liste