Souffrez-vous du syndrome de l’imposteur ?

Rédigé par: Mélodie Voué
Date de publication: 19 nov. 2019

« Je suis à ce poste par chance », « j’ai remporté ce contrat car le client m’a trouvé sympa », « j’ai obtenu mon augmentation parce que mon patron était de bonne humeur »… Si ce genre de phrases sort habituellement de votre bouche au bureau, vous souffrez peut-être du "syndrome de l’imposteur".

imposteur

Il arrive par moment de douter de sa légitimité au travail. C’est le cas pour environ 65% de la population. Mais pour 20% des travailleurs, ce doute est permanent et se traduit par une anxiété constante de ne pas être à la hauteur. C’est le syndrome de « l’imposteur » ou de  « l’autodidacte ».

Les signes de l’imposture 

Les causes externes : l’imposteur n’attribue jamais son succès à des causes internes. Sa réussite serait due uniquement à des causes externes : la chance, le jugement erroné des autres ou la sympathie qu’on lui porte. Il sous-estime la valeur de son travail. 

L’impression de tromper son monde concernant ses compétences et de ne pas être légitime dans son travail. L’imposteur va alors « surtravailler », parfois jusqu’au burn out. 

Peur et anxiété à l’idée d’être démasqué à cause de ce sentiment d’imposture : « Je fais mal mon travail puisque ce n’est pas mon rôle ». 

>> A lire aussi : Mon boss est plus jeune que moi

Les imposteurs ont des traits de caractère communs. Il s’agit souvent de personnes introverties, qui n’arrivent pas à accepter les compliments. Elles sont anxieuses à cause de leur peur de l’échec et de l’évaluation. Elle se sentent coupables de réussir et surestiment bien souvent les compétences de leurs collègues. 

>> A lire aussi : Huit critères pour féliciter un travailleur 

Comment surmonter ce syndrome ? 

De manière générale, il s’agit d’être moins dur à l’égard de soi-même. Il faut apprendre à reconnaitre ses succès et admettre qu’ils ne sont pas tous liés à la chance, être fier de ses compétences, accepter les compliments et se détacher de la course à la performance. Inutile de se comparer aux personnes les plus brillantes : beaucoup ressentent également de l’incertitude. 

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi