Speed recruitment: dix minutes pour convaincre

Le speed dating appliqué au recrutement. Sept à  dix minutes par entretien, des rencontres qui se succèdent tout au long de la journée : c'est le principe du speed dating appliqué à  l'entretien d'embauche. Une idée qui fait des émules sous la houlette du Cercle de Wallonie. Voici maintenant quatre ans que le Cercle de Wallonie organise son opération " 100 patrons pour 100 jobs ", en partenariat avec Sud Presse. En marge des salons habituels dédiés au recrutement, l'événement permet aux chercheurs d'emploi de rencontrer des patrons - ou autres responsables - d'entreprises et de PME.

Pas de files d'attente : les entretiens sont fixés sur rendez-vous et sont limités à  une durée de sept minutes, soit le temps d'un speed dating.

En réalité, l'opération vise plus à  conseiller les candidats qu'à  leur offrir un emploi. Il n'empêche que sur les quelque mille visiteurs de la journée, un dixième d'entre eux décrochent généralement un contrat. Vu ce succès, le Cercle de Wallonie organise cette année non plus un, mais trois salons. Après l'édition de Namur qui s'est tenue fin janvier, les candidats et patrons ont rendez-vous le 12 février à  Liège et le 26 février à  Mons.

 

" Deux profils intéressants " François Toussaint (Intérel)

Il est près de 11 h 30. Plusieurs salles de la bâtisse namuroise du Cercle de Wallonie ont été aménagées de tables pour deux personnes où employeurs et candidats s'entretiennent en tête-à -tête, dans une atmosphère plutôt bruyante. Au deuxième étage, à  la table numéro 53, François Toussaint attend patiemment son septième candidat de la journée.

Le jeune homme n'est pas patron - " celui-ci n'était pas disponible " - mais senior consultant chez Interel Belgium, une société de conseil en communication stratégique et affaires publiques. Après quelques minutes, une jeune fille se présente : 21 ans, diplômée en communication d'ici quelques jours, elle débute ses recherches pour un premier emploi.

François Toussaint écoute attentivement, avant de prendre la parole pour présenter les différentes activités de son entreprise, documents à  l'appui. Si la rencontre n'est pas un entretien d'embauche, le senior consultant sonde néanmoins les connaissances linguistiques de la jeune fille. Aussitôt que celle-ci mentionne sa récente formation en néerlandais, la conversation change de langue, dans une ambiance toujours aussi décontractée.

Les dix minutes passent vite et voici déjà  le moment pour la candidate de laisser son CV, et pour François Toussaint de recevoir sa visiteuse suivante. Stéphanie, c'est son nom, a terminé ses études en septembre.

Tout comme la candidate précédente, elle possède un bagage en communication et a suivi des formations en langues. Plutôt qu'un emploi, la jeune fille recherche des conseils et pose de nombreuses questions à  son interlocuteur. François Toussaint apprécie son intérêt et ne manque pas de souhaiter bonne chance à  la jeune fille.

" Notre société n'offre aucun poste pour l'instant, donc je suis davantage présent en tant que conseiller que recruteur ", confie le consultant. " Néanmoins, je ne manquerai pas de transmettre les CV des candidats intéressants que j'ai rencontrés. Je n'hésite pas non plus à  aiguiller un visiteur vers un autre employeur si j'estime que son profil correspond à  celui-ci.

" Pas le temps pour François Toussaint d'en dire plus, que voilà  déjà  une nouvelle candidate, plus âgée mais elle aussi intéressée par un poste en communication. La femme a derrière elle une belle expérience professionnelle, et pratique couramment plusieurs langues ; c'est une candidate idéale pour François Toussaint. "

Chez Interel, nous engageons plutôt des collaborateurs directement opérationnels, avec de solides connaissances linguistiques et un profil plus spécialisé que celui de la communication. La plupart de nos employés sont effectivement des ingénieurs, des économistes, etc. car nous nous investissons directement dans le business de nos clients. " Sur les dix candidates (" que des filles ") qu'il a reçues dans la matinée, François Toussaint ne retiendra que deux profils intéressants. C'est sans compter les nombreux conseils qu'il aura prodigués et la publicité qu'il aura apportée à  son entreprise.

Retour à la liste