Sur quoi les Belges mentent-ils le plus sur leur CV?

Publié : samedi 4 mars 2017

Gonfler son CV, tout le monde le fait... C'est en tout cas ce que l'on se dit pour avoir la conscience tranquille. Mais sur quels points exagère-t-on le plus souvent? Cela peut-il porter préjudice à un candidat ?

> A la recherche d'un nouveau challenge? Découvrez nos 1500 offres d'emploi! 

Le cabinet de recrutement Robert Half a consulté plus de 2000 managers européens en charge des recrutements de leur entreprise et les a interrogé à propos des mensonges qu'ils rencontraient le plus souvent. Verdict? La confiance ne règne pas vraiment...

Les recruteurs les plus confiants d’Europe : les Luxembourgeois

C’est au Luxembourg que les managers ont le plus confiance en la véracité des CV. A l’inverse, les recruteurs Tchèques sont 70% à penser que les candidats mentent sur leur CV. En Belgique, 53% des recruteurs pensent que le CV est un reflet fidèle du candidat.

Pour vérifier le contenu d'un CV, les recruteurs appellent souvent simplement les références citées dans la candidature. Ici, l'enquête nous apprend que dans la plupart des pays, les recruteurs prennent la peine de vérifier ces informations. 64% des recruteurs luxembourgeois contactent  les références du candidat s’il a retenu leur attention lors d’un entretien. Un chiffre un peu moindre (42%) en Italie.

> Voir aussi "CV: les pièges à éviter absolument" 

 

Pays du recruteur

Confiance accordée aux CV des candidats

Vérification des Références

1

Luxembourg

75%

64%

2

Pays-Bas

54%

57%

3

France

54%

49%

4

Belgique

53%

61%

5

Allemagne

51%

45%

6

Suisse

49%

61%

7

Italie

47%

42%

8

Autriche

40%

49%

9

République Tchèque

30%

58%

Les plus fréquentes exagérations

Sur les CV des candidats, les recruteurs constatent que certains points sont plus souvent "enjolivés" que d'autres. En Belgique, on triche surtout sur le contenu de notre fonction ainsi que sur notre maîtrise des langues. Les managers constatent ainsi qu'en moyenne 43% des points "compétences linguistiques" d'un CV sont exagérés.

> Voir aussi : "Les 10 compétences les plus demandées" 

45%

Le contenu réel de l’emploi précédent

43%

Les compétences linguistiques

32%

Les motifs de départ de l’emploi précédent

Plus globalement, c’est le plus souvent sur leurs compétences en langues que les candidats européens exagèrent : C'est le cas au Luxembourg (58%), en Italie (54%), en Suisse (47%) et en Allemagne (43%).

> Voir aussi " 5 astuces pour apprendre une nouvelle langue facilement" 

En Tchéquie (60%), aux Pays-Bas (60%) et en France (53%), les mensonges les plus courants concernent plutôt le contenu réel du travail que le candidat exerçait ou exerce.

Alors qu'en Autriche, 50% des candidats trichent sur les motifs de départ de l'emploi actuel ou des précédents.

> Voir aussi: "Que dire de son licenciement durant un entretien d'embauche?" 

Faut-il mentir sur son CV ?

Valoriser son expérience ne veut pas dire mentir. La frontière est ténue, mais les candidats doivent prendre garde à ne pas la dépasser. Mettre ses compétences en avant est primordial bien sûr, mais mentir peut se retourner contre vous si le recruteur décide de vérifier vos dires.

Prenez garde par exemple à ne pas exagérer les période de travail prestées pour les anciens employeurs, pour cacher des périodes d'inactivité par exemple. Il y a de meilleures façon d'expliquer un trou dans votre CV

SI un recruteur se rend compte que vous trichez, il ne vous accordera pas sa confiance, et votre job de rêve risque de vous passer sous le nez...

> Voir aussi: "Les pires mensonges jamais inventés par les travailleurs" 

Retour à la liste