Talents administratifs : priorité aux postes stratégiques

Les entreprises demeurent plus que jamais sélectives dans leur recrutement de talents administratifs. Bien qu'en position de force en raison de la pénurie des certains profils, les employés ne doivent pourtant pas s'attendre à des envolées salariales...

Recruter du personnel qualifié ? Une gageure pour 82 % des responsables RH interrogés par OfficeTeam, qui publiait récemment son Guide des salaires, la tendance étant encore plus marquée pour les professions dites en pénurie. Les domaines fonctionnels où le recrutement s’avère le plus délicat sont l’assistance à la gestion de projets (25 %) et les fonctions logistiques (20 %), suivies du soutien administratif de l’équipe commerciale (18 %), de l’administration exécutive générale (18 %), du service clientèle (18 %) et de la gestion administrative (18 %).

Il faut dire que les recruteurs, en raison du climat économique et morose, n'ont pas baissé d'un cran leurs exigences à l'égard des candidats dont ils veulent à tout prix s'assurer de la réelle plus-value pour leur organisation. Ils en attendent en effet de solides compétences techniques, une bonne maîtrise des langues, une expérience pertinente, des soft skills bien développées et, si possible, un esprit commercial. Sans doute ne faut-il pas s'étonner, dès lors, si le processus de recrutement prend du temps...

Quoiqu’une certaine prudence s’impose dans le climat économique actuel, les entreprises doivent prendre conscience qu’une attitude par trop conservatrice risque de les faire passer à côté de professionnels de grand talent, prévient Dries De Vos, directeur d'OfficeTeam, qui constate effectivement que le processus de recrutement est de plus en plus long du fait de la multiplication des entretiens et des niveaux d’approbation, et des exigences de plus en plus pointues que les entreprises nourrissent à l’égard des candidats. Les entreprises dont le processus de décision traîne en longueur risquent toutefois de se faire coiffer au poteau par leurs concurrents. Le fait que la demande de professionnels compétents soit dans bien des domaines supérieure à l’offre ne fait qu’exacerber cette guerre des talents.

Le top 3 des profils administratifs les plus recherchés ? Dans l'ordre, il s'agit des employés au service clientèle (garantir un soutien efficace aux clients grâce à leur professionnalisme est primordial pour conquérir et conserver une position concurrentielle sur le marché), des employés administratifs polyvalents (ces champions du multitâche sont d'autant plus indispensables que les équipes sont restreintes) et enfin des collaborateurs logistiques (trop peu de diplômés).

Les candidats aux fonctions très demandées ou difficiles à pourvoir sont bien placés pour négocier un salaire de départ avantageux, poursuit Dries De Vos. Il n’est en effet pas rare que les meilleurs candidats briguant des postes spécialisés reçoivent plusieurs offres via des entreprises concurrentes. Les candidats se trouvent donc vraiment en position de force, ce qui oblige les entreprises à se montrer généreuses pour convaincre les candidats les plus qualifiés.

Ceci étant, comme toujours en Belgique, le marché reste très disparate. Et ce sont toujours les secteurs tels que la chimie, la pétrochimie, la recherche et le développement, les services financiers et l’industrie pharmaceutique qui pratiquent les barèmes les plus élevés. Les régions les plus intéressantes ? Les salaires bruxellois sont en moyenne 10 % plus élevés que la moyenne belge, ceux de Wavre, Anvers et Zaventem suivant respectivement à 9 %, 8 % et 7 %.

Quant aux collaborateurs administratifs existants, la politique de rémunération se caractérise par la... stabilité pour 75 % des DRH interrogés qui sont plus mitigés vis-à-vis des primes et bonus : un quart des DRH songent à les diminuer, sachant que 30 % des entreprises n'en octroient pas. Les avantages extralégaux forment quant à eux une composante importante, voire essentielle, du package salarial, y compris en temps de crise, constate-t-on chez OfficeTeam, où l'on note que les employés accordent de plus en plus d’importance aux avantages extralégaux qui favorisent un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle : près de la moitié (45 %) des responsables RH confirment que ces avantages ont gagné en importance aux yeux des collaborateurs par rapport à il y a cinq ans. Les avantages extralégaux traditionnels (tels que chèques-repas ou assurance groupe) restent également populaires : 42 % des responsables RH notent qu’ils ont gagné en importance.

16 %

C'est le pourcentage de DRH qui estiment que la tendance actuelle en matière de rémunération au sein de leur entreprise est à la hausse. Mais 75 % d'entre eux affirment qu'ils sont en période de gel des salaires, pour 9 % qui affirment que les nouveaux recrutés bénéficient d'une rémunération moins avantageuse.

59 %

C'est la proportion de DRH qui estiment que les raisons de départ avancées par les collaborateurs sont justifiées. Parmi celles-ci, le manque d'équilibre vie privée-vie professionnelle est relevée par 47 % des répondants, alors qu'une rémunération insuffisante n'arrive qu'en 7e position (20 %).

3,9 %

C'est la hausse de la rémunération, en un an, pour un administrateur logistique affichant une expérience de 5 ans, dont le salaire de base passe de 2 100 € à 2 300 €.

Retour à la liste