Police : Les recrutements d’inspecteurs en hausse pour 2016

Publié : jeudi 12 mai 2016 Par

Etant l’un des plus grands recruteurs de Belgique, la Police est habituée à ce type de salon. Ce sont trois profils qu’ils recherchent en priorité. « Nous sommes à la recherche d’inspecteurs, d’inspecteurs principaux avec une spécialité en informatique et d’islamologues », explique Nathalie Adam, chef de la section recrutement et communication.

Si le premier de ces postes ne demande qu’un diplôme d’humanité, un bachelier en informatique est nécessaire pour le second, et le troisième est réservé aux candidats ayant un bachelier ou un master (économie, droit, sociologie…), mais pratiquant la langue arabe.

Chaque année, plus d’un millier d’inspecteurs sont engagés par la police. Si les sollicitations ne manquent pas, de nombreux candidats échouent aux tests d’entrée. « Sur les 14.000 candidats qui le tentent, seuls 15 % le réussissent. Ils sont confrontés à plusieurs types d’épreuves. Tout d’abord des tests cognitifs et des tests sportifs. Ensuite, un test de personnalité, qui a lieu avec un assesseur. Une commission de sélection statue ensuite sur le candidat, alors qu’en interne, nous faisons également des recherches de moralité, au sujet de ses antécédents et de son entourage », explique Nathalie Adam.

Avec un taux de réussite faible misant sur la qualité, la police doit attirer de très nombreux candidats, ce qui pose parfois des problèmes, « nous sommes principalement présents au salon Talentum pour recruter des Bruxellois, et surtout du côté néerlandophone. Nous rencontrons plus de difficultés à recruter à Bruxelles et en Flandre. Et puis, le fait de rencontrer directement les candidats à ce salon nous permet de les préparer à ces tests afin de mettre toutes les chances de leur côté. »

En 2016, au minimum 1.400 inspecteurs seront engagés, tout comme en 2017. Un chiffre qui est en hausse lors que la police recrute en moyenne 2.000 personnes par an. Les postes d’inspecteurs spécialisés en informatique sont libérés afin de faire face à la hausse de la cybercriminalité. Alors que ceux d’islamologues répondent à un besoin de renforcement du département de lutte contre le terrorisme.La police espère créer une base de recrutement avec des profils répondant à leurs besoins. A côté de cela, des profils « civils » sont également recherchés.

A côté de ces postes, plusieurs fonctions de « civils sont également disponibles. « Il y a un peu de tout : informaticien, assistante sociale… », précise Nathalie Adam qui conclut en donnant quelques conseils aux candidats qui souhaiteraient se présenter  à son stand. « La motivation est très importante, ainsi qu’une bonne connaissance de sa langue maternelle, souligne-t-elle. Une grande partie des candidats échoue sur les tests de langue. Il est également important que les candidats aient une certaine connaissance de la police et de notre organisation. »

Retour à la liste