Talentum Charleroi : Enercon veut améliorer sa visibilité auprès du grand public

Disposant d’un centre névralgique à Gosselies et de 11 « services stations » sur l’ensemble du territoire belge, la filiale du constructeur allemand d’éoliennes Enercon est active dans la vente, la maintenance et le dépannage de ces machines productrices d'énergie renouvelable. Employant aujourd’hui une grosse centaine de personnes (46 employés et 65 techniciens) en Belgique et au Luxembourg, elle participera pour la deuxième année consécutive au salon Talentum Charleroi afin notamment d'améliorer sa visibilité auprès du grand public. 
 
« L’éolien est un secteur très spécifique et technique », expose Justine Grandjean, HR Officer chez Enercon Belgique. « Peu de gens savent ce que nous faisons, si ce n’est les techniciens qui s’y intéressent. Nous ne faisons pas beaucoup de publicité en Belgique car tout cela est directement régi par l’Allemagne. Mais nous souhaitons promouvoir davantage l’image de notre entreprise à l’extérieur. »
 
Objectif connexe : diminuer les coûts pour l’entreprise : « Si nous parvenons - en nous faisant connaître lors de salons – à ratisser plus large en suscitant des candidatures spontanées notamment, nous pourrons nous constituer une base de recrutements dans laquelle nous pourrons puiser quand bon nous semble, sans devoir recourir aux services d’une société externe », déclare-t-elle. 
 
Dans le même temps, Enercon Services Belgium profitera de sa présence au salon carolo pour recruter des électromécaniciens, une dizaine à l’échelon belge dont la moitié pour le Hainaut. « Ces derniers mois, une série de personnes ont quitté l’entreprise ou ont bougé en interne », détaille Mme Grandjean. « Deux postes sont désormais vacants à Saint-Ghislain, de même que deux autres à Estinnes (Binche). Par ailleurs, l’entreprise enregistre une certaine croissance. Nous avons décroché un tout gros projet sur Anvers, et un autre sur le Luxembourg. Il est fort probable que nous engagions des Luxembourgeois pour ce dernier, par contre nous recruterons à l’échelon belge pour le projet anversois. »
 
Et la même de préciser : « Nous sommes aujourd’hui en phase de recrutement et avons déjà reçus pas mal de candidats. Mais même si les ‘process’ devaient être aboutis d’ici le salon Talentum, il nous semble important d’être présents sur place. Essentiellement pour les raisons de visibilité déjà évoquées »
 
Le profil « idéal » ? Un électromécanicien disposant idéalement d’un baccalauréat, au minimum d’un diplôme d’humanités techniques - avec un niveau suffisant en anglais (A2 sur l’échelle européenne) afin qu’il puisse comprendre les fiches d’instruction, et qui est capable d’assurer la maintenance préventive et le dépannage (électrique, mécanique…) d’éoliennes sur un parc défini. 
 
« Les techniciens recherchés doivent également être capables de travailler en hauteur et dans des espaces confinés », précise la HR Officer. « Ils doivent être efficaces, rapides et flexibles car il est hors de question de laisser un client sur le carreau avec une éolienne qui ne tourne pas. » Concernant la durée des contrats, il s’agit le plus souvent des contrats à durée déterminée (CDD) d’un an, transformés ensuite en contrats à durée indéterminée (CDI). 
 
Pour sa seconde participation à Talentum, Enercon Services Belgium dit se réjouir que l'événement ait lieu en terres carolos. « Charleroi a longtemps été mis de côté pour ce genre de salons de l’emploi. J’espère que cela nous amènera des candidatures intéressantes, des personnes issues de l’arrondissement de Charleroi, mais pas seulement… » 
 

 

Par

Publié :

Retour à la liste