Tenté par un stage en business development à l’international ?

Rédigé par: Philippe Van Lil
Date de publication: 17 oct. 2022
Catégorie:

Comme l’explique son coordinateur Nicolas Ravenel, le programme Explort de l'AWEX, en place depuis 16 ans, permet aux entreprises de développer leur présence internationale, entre autres grâce au soutien de stagiaires. Une sélection de candidats se déroule ces 25 et 26 octobre à Liège. Dépêchez-vous de postuler !

nicolas awex

Nicolas Ravenel, coordinateur du programme Export de l'AWEX

Quel est le profil des candidats recherchés ?

Nicolas Ravenel : « Nous cherchons des demandeurs d’emploi, que nous préférons appeler ‘jobseekers’ car nous les voulons actifs et autonomes. Ils doivent parler au moins couramment l'anglais en plus du français et disposer d’un bac ou d’un master, peu importe leur filière d’études. On s’adresse tant à des personnes ayant un background académique dans le business international qu’à des gens - traducteurs, ingénieurs, historiens, etc. - qui désirent se réorienter professionnellement. Notre objectif est précisément de les former en la matière, en partenariat avec le Centre de compétences Business du Forem. »

Pratiquement, que leur proposez-vous ?

N. R. : « Ce n’est pas de l’enseignement académique, mais bien une formation donnée par des personnes actives au quotidien dans le business international. D’une durée de 6 mois, elle se déroule en trois phases : une formation dans nos locaux qui leur fournira des bases et une ‘boîte à outils’ ; une mission dans une entreprise en Wallonie ; et une mission de business development de 2 mois à l'étranger. Cette dernière vise à développer la notoriété de l'entreprise sur le marché sur lequel elle souhaite s'implanter. Les frais des stagiaires sont entièrement couverts par une bourse de l'AWEX. »

À quoi sont-ils plus précisément formés ?

N. R. : « Il s’agit de bien leur faire comprendre le fonctionnement de certaines règles de droit international sur le terrain, par exemple concernant les contrats, les droits douanes, les accises, le transport et la logistique. On ne le leur demandera pas de connaître tous les éléments qui régissent ces matières, mais de se focaliser sur les points d'attention lorsqu’on établit une relation partenariale ou contractuelle avec un prestataire étranger. Les stagiaires sont aussi formés aux techniques de négociation et au ‘personal branding’, soit la capacité de se vendre eux-mêmes aux entreprises qui les engageront. Au-delà de tout ça, un tel stage à l’étranger constitue bien sûr aussi une belle expérience de vie et une ouverture interculturelle, notamment sur le monde du business. »

À terme, quel est le bénéfice d’une telle mission ?

N. R. : « Après celle-ci, les stagiaires peuvent par exemple devenir des export managers ou international business developers, contribuant ainsi au développement commercial d’entreprises wallonnes à l'international. Leur mission sera notamment d’être des intermédiaires pour gérer des réseaux d’affaires à l’étranger et finaliser les relations commerciales. Pour les entreprises, dans le contexte d’un marché hyper tendu, c'est vraiment l'occasion de dénicher des talents et de les tester. Plus de 85 % de nos stagiaires trouvent un job dans les six mois. Une expérience internationale est l’élément qui fait la différence sur un CV. »

Comment postuler ?

N. R. : « Pour la prochaine sélection, les candidats peuvent s’inscrire via notre site web, sous l’onglet ‘job seeker’, avant le 23 octobre. Ceux qui le désirent peuvent aussi nous rencontrer lors du Job Fair à Bruxelles le 27 octobre. Peut-être restera-t-il alors encore des places pour cette formation. »

 

Propos recueillis par Philippe Van Lil