Top Employer : un concept mondial

Date de publication: 27 janv. 2023
Catégorie:

Chaque année, le Top Employer Institute certifie des organisations partout dans le monde pour leur excellence en matière de ressources humaines. Vu les critères de sélection, ce sont le plus souvent les grandes entreprises qui sont concernées par cette forme de reconnaissance.

Top employer 2023Fondé à Amsterdam il y a 32 ans, le Top Employer Institute fait figure d’autorité mondiale en matière de reconnaissance de l’excellence dans les stratégies et pratiques RH mises en place par les entreprises. Chaque année, il attribue une certification de meilleur employeur à plus de 1.800 organisations dans plus de 120 pays, avec un impact indirect sur quelque 8 millions d’employés.

Une certification, pas un concours

La certification est attribuée au terme d’un audit auprès du département RH de chaque entreprise qui en fait la demande. Comme le précise Steven Hormann, Regional Manager Benelux & Nordics du Top Employer Institute, « les candidats doivent remplir un questionnaire qui a trait à environ 300 bonnes pratiques en matière de ressources humaines. Nous mesurons ces pratiques à partir de nos standards. Il faut atteindre un certain niveau de maturité pour être certifié. »

Notre interlocuteur insiste sur le fait qu’il ne s’agit nullement d’un concours : « Tout comme on ne compare pas des pommes et des poires, on ne peut pas confronter les politiques RH d’entreprises de secteurs éloignés les uns des autres. Les politiques appliquées dans certaines entreprises peuvent même s’avérer contreproductives dans d’autres environnements. De plus, la culture d’entreprise varie d’une société à l’autre. Le but de la certification n’est donc pas d’être meilleur que l’autre, mais d’être meilleur qu’on ne l’a été soi-même auparavant. Pour y arriver, il faut avant tout songer à rendre la vie professionnelle des employés la plus agréable possible. »

En pratique, l’objectif de la certification est d’abord de voir où on en est en matière RH et, ensuite, de « trouver de l’inspiration pour s’améliorer. Pour cela, les entreprises disposent du contenu de notre questionnaire et des bonnes pratiques d’autres entreprises. Ce ‘benchmark’ avec les autres participants est vraiment très important ; il consiste à trouver des points de repère et d’amélioration possibles, mais non, une fois encore, à se comparer aux autres. Au terme de cette analyse, nous n’obligeons évidemment aucune entreprise à changer ses pratiques RH ; nous les invitons simplement à tirer leurs propres conclusions. »

Rien n’est jamais acquis

Pour 2023, 87 organisations implantées en Belgique viennent d’être certifiées il y a quelques jours. D’édition en édition, ce nombre ne cesse d’augmenter. « Il y a une quinzaine d’années, il y avait à peine une trentaine d’entreprises certifiées. Le nombre actuel reste malgré tout relativement limité en raison de nos critères de sélection très élevés concernant les procédures RH à mettre en place. Il est par exemple difficile d’être certifié pour une entreprise de moins de 100 collaborateurs. Même pour les autres, c’est relativement compliqué de devenir des Top Employers. »

Preuve aussi de ces critères très stricts, le taux de renouvellement des entreprises certifiées est en moyenne de 70 % chaque année. Attribué pour un an, le précieux sésame n’est donc jamais chose acquise à l’infini et exige une remise en question perpétuelle de ses pratiques RH. Pour de multiples raisons, un certain nombre d’entreprises décident aussi de ne plus se représenter certaines années. Elles préfèrent par exemple focaliser leur politique RH sur des aspects spécifiques comme l’engagement des employés, en portant dès lors moins d’attention temporairement aux autres aspects. L’audit de l’institut étant payant, les raisons peuvent être aussi d’ordre budgétaire.

De multiples activités toute l’année

Précisons que le Top Employer Institute n’organise pas seulement son programme de certification. Tout au long de l’année, il met en place une série de workshops, conférences, webinars, dîners, etc. Steven Hormann : « Nous invitons régulièrement des interlocuteurs, aussi bien externes qu’internes à la communauté des Top Employers, pour partager leurs expériences et meilleurs pratiques. Un thème abordé est par exemple le HR Analytics qui, grâce à l’analyse des datas, permet de prédire les besoins RH, le turnover et les talents nécessaires dans le futur. En la matière, certaines entreprises ont déjà poussé le sujet très loin, tandis que d’autres, qui commencent à peine, peuvent bénéficier de cette expérience et récolter de l’information. »