Traiter votre boss de gros porc n’est pas une raison valable de licenciement

Vous commettez une erreur au boulot. Vous l'avouez honnêtement à votre chef et celui-ci se met à crier. Instinctivement, sans réfléchir, vous lui criez quelque chose en retour et vous êtes viré sur le champ. Un juge néerlandais a désormais décrété qu'un tel licenciement était non valable.


Le 10 février 2011, un monteur scia par mégarde les stores de la mauvaise couleur – les gris clair au lieu de ceux de teinte « alu métallique – naturel » demandés. Une fois le travail achevé, il se rendit compte de son erreur et se rendit au bureau pour faire part de son erreur à son boss. Celui-ci se fâcha, se mit à crier et poursuivit le monteur jusqu'à l'atelier, où celui-ci, énervé, s'écria : « Gros porc, arrête de gueuler comme ça ! »


Il fallait s'attendre à l'escalade


L'homme fut renvoyé à la maison, où, le jour même, il reçut son C4. Il fut licencié sur le champ, pour cause d'éclat inacceptable à l'égard de son supérieur. Était également retenu comme cause de licenciement le fait que, la veille, il avait passé trois fois plus de temps que d'habitude à changer un moteur.
Le tribunal de Bois-le-Duc (Pays-Bas) a désormais jugé que l'éclat du monteur n'était pas, dans ce cas précis, une cause impérieuse de licenciement immédiat. En effet, l'employeur avait lui-même amorcé une ambiance de dispute en commençant à crier. On devait dès lors s'attendre à une escalade. Le tribunal en conclut que le licenciement est par conséquent non valable.

Retour à la liste