Travail : et si votre patron vous observait à longueur de journée ?

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 21 janv. 2020

Et si votre employeur réduisait votre temps passé aux toilettes ? Et s’il suivait vos moindres faits et gestes grâce à un bracelet de détection ? Loin d’être des plaisanteries, de tels dispositifs de surveillance existent déjà dans le monde. Mais jusqu’où l’employeur peut-il aller ?

patron espion

De nos jours, il est de plus en plus facile de surveiller ses employés grâce à la technologie intelligente. Par exemple, en 2019, le géant numérique Amazon a élaboré un bracelet permettant de suivre la localisation des employés au sein de ses firmes. Le dispositif permet de savoir où et à quelle fréquence les employés déplacent les produits dans les entrepôts. Celui-ci n’est pas encore réellement utilisé mais il a toutefois été breveté.

Walmart, la chaîne américaine de supermarchés a quant à elle introduit, l'an passé, un système permettant au supermarché d'entendre les travailleurs et les clients. Ce logiciel capte les sons présents dans l’établissement et vise à accroître l'efficacité des salariés. Les micros du système peuvent enregistrer les conversations entre les employés et les clients et ainsi contrôler si les visiteurs sont correctement reçus.

La firme anglaise StandardToilet a conçu des toilettes inclinées à treize degrés : une inclinaison inconfortable qui permet toutefois aux employés de faire leurs besoins. Cette disposition sanitaire a été approuvée. Le but ? réduire de 25% le temps passé sur les WC et faire des économies considérables.

>> A lire aussi : Les 5 pires patrons

Mais peut-on réellement mettre en place de tels dispositifs de surveillance ?

Oui et non. Il y a certaines limites à ne pas franchir : l’employeur doit respecter la vie privée de ses employés et ne doit pas être mué par son obsession de tout savoir. Il n’est pas omniscient.

Ainsi, aller aux toilettes relève-t-il d’une affaire privée, qui a lieu durant les heures de travail. « Un employeur peut essayer de rendre le temps passé aux toilettes, moins attrayant, pour autant qu'il respecte les règles de santé et de sécurité au travail. Après tout, l'utilisation des toilettes doit rester sûre et il doit y avoir un nombre suffisant de toilettes. En outre, on peut se demander si les employeurs atteignent leur objectif, mais c'est là une autre discussion. Une alternative pourrait être de réduire légèrement la portée du wifi dans les toilettes », explique Esther Van der Meulen, avocate spécialisée dans la protection des données.

Si une entreprise veut introduire au sein des ses murs une méthode de contrôle (bracelet, caméra, etc.) elle ne peut le faire en secret. Elle doit avertir ses employés et leur demander leur approbation- exprimée grâce au conseil qui les représente dans chaque entreprise. Celle-ci doit aussi fonder sa demande sur une base juridique. Mais la relation d’autorité pose problème dans une telle situation : « En raison de la relation d'autorité, il ne sera souvent pas possible d'utiliser le consentement de base des employés », pointe l’avocate.

Votre employeur peut donc vous surveiller. Tout est question de données personnelles, l’employeur n’est pas en droit de mentir pour les obtenir : par exemple, il ne peut pas simuler l’installation de caméras pour surprendre des cambrioleurs, si, au final, il les utilise pour vous observer. Il ne peut pas non plus exploiter vos données. Vous voilà rassuré (un peu).

Mais méfiez-vous car vos données personnelles peuvent aussi se retourner contre vous : vos publications sur Facebook, vos coups de gueule sur votre patron peuvent être utilisés par le tribunal du travail comme preuve contre vous.

Au fond, pour éviter tout dérapage, il faut surtout que s’installe entre les deux parties (patron et employé), une relation de confiance, dans laquelle le dialogue et le débat sont rois.

>> A lire aussi : 8 mensonges que les patrons racontent souvent

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi