Travail : les employés de plus en plus exposés à des risques psycho-sociaux

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 18 févr. 2020

L’année dernière, IDEWE, spécialisé dans la prévention et la protection au travail, a reçu pas moins de 3127 notifications de risques psycho-sociaux. La santé professionnelle des employés est de plus en plus fragile et menacée.

harcèlement

3127 notifications de cas psycho-sociaux en 2019 contre 2789 en 2018, soit une augmentation de 12% en un an et de 38% en deux ans (2017 : 2266 notifications). Ces chiffres alarmants démontrent par ailleurs, que les employés se tournent de plus en plus vers leur conseiller en prévention et se confient.

L’enquête a également permis de mettre en lumière les 5 causes liées aux notifications exposant l’employé à des risques psycho-sociaux :

  1. Les conflits (1 255 notifications – 40 %
  2. Le stress et le burn-out (807 notifications – 26 %)
  3. Le harcèlement moral (459 notifications – 14,6 %)
  4. La violence physique et psychologique (121 notifications – 3,8 %)
  5. Le harcèlement sexuel sur le lieu de travail (53 notifications – 1,6 %)

>> A lire aussi : Les 5 étapes qui mènent au burn-out

Le harcèlement moral représente 14,6 % des notifications. Ce phénomène entraîne de lourdes conséquences. Les employés victimes de harcèlement souffrent davantage de problèmes de santé mentale telles que l’angoisse ou la dépression. Les employeurs peuvent aussi en subir les effets : les travailleurs harcelés moralement sont moins productifs, plus souvent malades et quittent plus rapidement l’entreprise, selon IDEWE.

Quelles solutions pour prévenir ces risques ?

Hilde De Man, responsable de la discipline Aspects psychosociaux chez IDEWE, appelle à la tolérance et au respect de la diversité sur le lieu de travail. « Il faut remédier à ces conflits rapidement et de manière constructive afin d’éviter qu’ils ne se transforment en harcèlement moral. Dans ce but, établir une politique de bien-être psychosocial propre à l’entreprise peut s’avérer utile », explique-t-elle

« Pour soutenir la victime de harcèlement moral, il suffit dans la plupart des cas qu’une personne de confiance ou un conseiller en prévention lui prête une oreille attentive ou intervienne de manière informelle. Les collègues ont aussi un rôle à jouer, par exemple en se montrant attentifs aux signes de harcèlement tels que des ragots, des insultes et des remarques déplacées, et en faisant clairement comprendre qu’ils ne veulent pas être complices de tels actes. »

>> A lire aussi : Harcèlement moral au travail : quels sont les recours?

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi