Travailler au service de la qualité de l’eau des Bruxellois

Tailfer vivaqua

5.000 km de tuyaux, 2,2 millions d’habitants alimentés en eau potable, 1,2 million dont les eaux résiduelles sont traitées. Les activités de Vivaqua, qui emploie près de 1.400 collaborateurs, concernent l’ensemble du cycle de l’eau (production, distribution, assainissement), tant en Région bruxelloise qu’en Wallonie. Rencontre avec Olivier Broers, directeur des études et investissements.

Vivaqua vient de finaliser un plan stratégique pour 2019-2024. Celui-ci comporte un important volet «asset management», à comprendre ici dans le sens d’une «gestion proactive des infrastructures».

«Notre plan stratégique fait la part belle aux investissements dans notre patrimoine industriel: environ 100 millions d’euros par an. Notamment dans nos installations de production de l’eau, dont certaines ont plus de 100 ans et nécessitent d’importantes mises à niveau. La nature des investissements se définit après une étude en deux phases: d’abord rechercher l’information afin d’avoir une vue claire sur l’état de nos ouvrages et pouvoir dresser un état des lieux réaliste, ensuite décider du taux de renouvellement à atteindre», introduit-il.

L’entreprise exécute trois principaux types de chantiers en Région bruxelloise: la pose de conduites de distribution d’eau potable (40 km/an), la réhabilitation des réseaux d’égouts (20 km/ an) et enfin les chantiers sur les installations de production d’eau potable. Le tout dans le contexte particulier d’une capitale fort dense et souffrant d’une mobilité difficile, où faire le moindre trou demande beaucoup d’autorisations, de planification et de phasages.

«Grâce à des apports technologiques constants, nous diminuons l’impact visible en surface de nos travaux en sous-sol, au bénéfice de la mobilité. Soucieux de réduire notre empreinte écologique et d’améliorer notre efficience énergétique, nous construisons également notre propre usine de production (ouverture en 2020) d’un matériau: la résine renforcée de fibres de verre que nous devions importer auparavant de pays lointains pour réaliser certaines réhabilitations de nos ouvrages. Enfin, nous travaillons à un projet pilote pour récupérer les calories et frigories (chaleur et froid) des eaux usées et les réutiliser par échange thermique grâce au principe d’une pompe à chaleur. Pour mener à bien ces différentes missions, nous recherchons à l’heure actuelle une dizaine de techniciens ainsi que des ingénieurs d’études ou d’exploitation.»

>> Travailler chez Vivaqua

Retour à la liste