Trois Belges sur cinq sont trop stressés au travail

Publié : jeudi 22 février 2018 Par

Plus de la moitié des travailleurs belges trouvent la pression du travail trop élevée. C’est ce qui ressort de l’enquête nationale sur le stress d’Omnivit, menée auprès de 1.000 Belges. Ce stress mènerait à la difficulté de combiner correctement travail et vie privée. 

Stress au travail

Un Belge sur quatre déclare ainsi ressentir quotidiennement du stress au travail. Les femmes seraient plus concernées que les hommes: 30 % des femmes, contre 21 % des hommes. Plus de trois Belges sur cinq, soit 62 %, estiment que leur charge de travail est élevé. Seuls 16 % des Belges la trouvent faible. 

D’une manière générale, le stress au travail est principalement dû à une charge de travail bien trop élevée (43 %), le comportement des collègues (41 %), des clients difficiles (30 %), le manque de reconnaissance (29 %), des tâches peu claires ou contradictoires (28 %) et des délais trop serrés (26 %).

Pour un Belge sur dix, le niveau de stress constitue une bonne raison pour changer d’emploi et 22 % d’entre eux ont déjà considéré l’idée.

Les sessions d’évalution jouent également un rôle sur le niveau de stress des travailleurs. En effet, près de deux Belges sur cinq, soit 39 %, déclarent ressentir davantage de stress lorsqu’ils savent qu’ils sont évalués sur leurs compétences ou qu’une réunion d’évaluation est prévue. À l’inverse, un Belge sur quatre, soit 26 %, avoue que ces sessions d’évaluation leur apportent davantage de repos que de stress.

Conséquences? 21 % des Belges avouent que ce stress les empêche habituellement, ou du moins presque toujours, d’accomplir correctement leur travail et les tâches quotidiennes qui leur sont assignées. 43 % d’entre eux expliquent qu’ils éprouvent tellement de fatigue après leur travail qu’ils n’ont plus le courage d’entreprendre d’autres activités.

 

>> Découvrez toutes nos offres d'emploi 2018 sur notre site web 

Retour à la liste