Un entrepreneur sur quatre méconnaît le tax shift

Publié : vendredi 1 juillet 2016 Par

D’après un sondage réalisé auprès de 500 entrepreneurs par le prestataire de services RH Securex, près d’un quart d’entre eux (22%) déclarent avoir déjà engagé des travailleurs cette année. Pour 37% d’entre eux, la réduction a joué un rôle dans la décision de recruter un collaborateur. De plus, ces entrepreneurs sont optimistes pour l’avenir: plus d’un tiers d’entre eux tiennent compte de la mesure dans les budgets pour 2017 et 2018.

Ceci étant, six mois après l’entrée en vigueur du tax shift, seuls 13% des entrepreneurs déclarent connaître cette réduction. Le groupe le plus important (63%) a certes déjà entendu parler de la mesure, mais n’en connaît pas les détails ou les montants. Quant à la proportion d’entrepreneurs qui ne connaissent absolument pas la mesure, elle s’élève à 24%…

Profitez du tax shift pour recruter

Pour rappel, la réduction groupe-cible signifie que les premiers engagements deviennent encore plus intéressants pour les nouveaux employeurs: pour le premier travailleur engagé, aucune cotisation patronale de base n’est due, et ce sans limitation dans le temps. Mais il existe également une forte réduction ONSS pour les 2e jusqu’au 6e recrutements inclus, et ce pendant treize trimestres.

«C’est une bonne chose que trois quarts des entrepreneurs soient déjà au courant des avantages du tax shift pour les nouveaux engagements, même s’ils n’en connaissent pas tous les détails. Cela montre clairement la nécessité de ce type de mesures pour les employeurs potentiels, estime Hugo Dhaeyer, Director Ecosystem Small & Midsize Markets chez Securex. Il est toutefois clairement possible de faire mieux: un quart des personnes interrogées n’ont absolument aucune idée des avantages! C’est un appel qui s’adresse à chacun d’entre nous: endossons notre responsabilité sociale et continuons à informer et sensibiliser les gens à ce sujet. Plus les entrepreneurs connaîtront la mesure, plus l’impact positif sur notre société sera important.»

Un incitant au recrutement

De fait, d’après cette étude, dès que les entrepreneurs connaissent les détails de la mesure (tous les participants à l’étude les ont reçus), 73% d’entre eux se disent satisfaits de son contenu. 60% affirment même que la réduction est suffisante pour embaucher un travailleur supplémentaire. Quelque 22% des personnes interrogées déclarent avoir déjà engagé des travailleurs cette année. Il s’agit en grande majorité d’un (66%) ou de deux (21%) travailleurs. Enfin, chez 37% des sondés, la réduction a joué un rôle dans la décision de recruter un collaborateur.

«L’étude montre que les mesures sont efficaces et qu’elles remplissent leurs objectifs: donner aux entreprises en croissance l’impulsion nécessaire pour prendre la décision budgétaire d’engager une personne supplémentaire, poursuit Hugo Dhaeyer. Les chiffres de l’étude sont confirmés par le nombre de nouveaux contrats auprès du secrétariat social Securex. Au cours des six premiers mois de 2016, le nombre de premiers engagements est supérieur de 54% à celui du premier semestre de 2015.»

«Le fait que plus d’un tiers des entrepreneurs tiendront compte de cette mesure dans leur budget des deux prochaines années est prometteur et une condition sine qua non pour recruter quelqu’un dans les faits», complète Hermina Van Coillie, HR Research Expert. «Pour les PME, une planification budgétaire et un contrôle des coûts minutieux sont essentiels pour subsister durablement. Il est également très prometteur de voir que les entrepreneurs retiennent la mesure et ne perdent pas de vue l’investissement dans de nouveaux collaborateurs pour l’année prochaine et même encore plus pour 2018, conclut Hugo Dhaeyer. Cela témoigne d’une confiance en l’avenir et indique une perspective de croissance claire.»

Retour à la liste