Un ingénieur pour qui l’eau et l’électricité font bon ménage

Rédigé par: Philippe Van Lil
Date de publication: 23 déc. 2022
Catégorie:

Après avoir occupé des postes dans le secteur privé, Kevin Lippens, 30 ans, est arrivé, il y a près d’un an, comme collaborateur à la SWDE en tant qu’ingénieur électromécanicien. Sa fonction tout comme l’ambiance générale de la société l’ont immédiatement séduit.

SWDE

Kevin Lippens a suivi une formation d'ingénieur industriel en électromécanique, orientation automation, au sein de la Haute École Louvain en Hainaut. Ensuite, il a occupé successivement deux postes professionnels : le premier chez un intégrateur en automation, le second au sein d'une entreprise du secteur pharmaceutique.

Un recrutement en adéquation avec le poste

Puis, en janvier dernier, Kevin Lippens a décidé de rejoindre la SWDE après qu’un de ses anciens camarades de classe lui a transmis une offre d’emploi : « Il m’a dit de constater à quel point cette offre correspondait totalement à ma personnalité et à ce que j'appréciais en particulier lorsque nous étions sur les bancs de l’école. C’était vrai à 100 % : je suis spécifiquement attiré par les projets orientés sur l'électricité pure. »

À la suite de l'envoi de sa candidature à la SWDE, où il postulait une fonction de cadre A de maintenance, notre interlocuteur a été recontacté très rapidement par l'entreprise. Le processus de sélection lui a plu : « C'est la première fois que j'avais une procédure de recrutement réellement en lien avec le métier de l'ingénierie. Le questionnaire était centré là-dessus et la personne présente lors du rendez-vous occupait un rôle équivalent à celui que j'allais occuper. De plus, ce qu'on m'a présenté à ce moment-là collait totalement au boulot que je fais maintenant. Il n’y a pas eu de mauvaise surprise ! »

De la technique, du management…

Dans son travail au quotidien, c’est en particulier la partie technique et ses multiples défis qui intéressent Kevin Lippens : « C'est vraiment ce qui me permet de mettre en pratique ce que j'ai appris pendant mes études. » Cela étant, il est également conscient que la fonction d'ingénieur impose souvent de prendre la double casquette du management et de l'expertise technique. « Même si, très souvent, le management a tendance à prendre une place plus importante que la technique, il n’en reste pas moins que celle-ci reste mon cœur de métier, ce qui me donne le sourire et l'envie d’assumer pleinement cette fonction. »

Ce cœur de métier, c’est en l’occurrence d’allier l'eau et l'électricité : « Bien sûr, elles ne font pas à priori nécessairement bon ménage. Pourtant, il faut beaucoup d'énergie électrique pour alimenter les infrastructures du réseau d’eau, en particulier les stations de pompage. D'une part, il est impératif de maintenir les installations existantes en conformité avec les exigences des normes légales ; d’autre part, il s’agit de remplacer celles qui sont en passe de devenir obsolètes, le tout en restant attentif à la maitrise des coûts. »

Parmi les projets auxquels il participe, notre interlocuteur cite celui lié au remplacement des cabines haute tension : « Elles sont bien entendu toujours fonctionnelles. Dans certaines sociétés, on se contenterait de les faire tourner jusqu'au moment où elles tombent en panne. Chez nous, ce n'est pas du tout le cas, car nous veillons avant tout à la sécurité du personnel qui doit intervenir dans ces installations. Hormis ce projet, bien d’autres arriveront prochainement. Pour un jeune ingénieur comme moi, c'est vraiment captivant. »

… et de la bienveillance

Outre la fierté qu’il tire à collaborer à un service public et au bien commun, Kevin Lippens conclut son témoignage en insistant sur un dernier élément : « Au sein de la société, c’est vraiment la bienveillance qui règne. À tous les niveaux, les gens sont là pour partager leur expérience. L'employeur met tout ce qu'il faut à disposition du personnel pour qu'il se sente bien. C'est notamment vrai en matière de formation, où tout est fait pour qu'on puisse monter en compétences. »

Kevin Lippens [square]
Kevin Lippens, ingénieur électromécanicien à la SWDE.