Un QI élevé est-il un atout professionnel ?

Tout le monde connaît les tests de QI, mais savez-vous exactement ce qu'ils mesurent ? Et quels sont les avantages et les inconvénients d'un QI élevé ? Nous nous sommes renseignés auprès de Ria Lauwers, psychologue attachée à  Mensa, une association réunissant des personnes à  haut potentiel intellectuel.

Qu'entend-on exactement par QI ? Que mesure-t-il en définitive ?

" QI est l'abréviation de quotient intellectuel, en l'occurrence l'unité la plus courante de mesure de l'intelligence. Il s'agit du score qu'une personne obtient à  l'issue d'une série de tests standardisés. Ces tests ont été développés afin d'évaluer les compétences cognitives d'une personne. Ils déterminent donc comment une personne réfléchit et raisonne et son niveau de développement intellectuel. "

Le QI dépend-il du moment où les tests sont réalisés ou reste-t-il stable en permanence ?

" Autrefois, on pensait que le QI était inné et qu'il ne changeait donc en aucun circonstance, mais cette idée a été abandonnée depuis. Une étude britannique a par exemple démontré que le score évoluait au cours de la vie d'une personne. Certains éléments liés à  l'intelligence changent davantage avec l'âge que d'autres. Un jeune enfant aura par exemple plus de facilités à  apprendre une langue étrangère qu'un adulte d'âge mûr. Pendant l'enfance et l'adolescence, le QI augmente la plupart du temps, pour se stabiliser ensuite, vers l'âge de dix-huit ans. C'est ainsi qu'il convient toujours de comparer son propre score avec celui de personnes du même âge. Une personne âgée obtiendra peut-être moins de bonnes réponses aux tests qu'un jeune, mais cela ne signifie pas pour autant que son QI est plus faible. Un test de QI standardisé tient toujours compte de l'âge. "

Peut-on tester le QI d'un enfant ?

" Absolument, et même celui d'un bambin. Il existe des tests spécifiques ou des versions spéciales de tests à  cet effet. Mais ici aussi, il faut toujours effectuer la comparaison avec des enfants du même âge et veiller à  ne pas tirer de conclusions hâtives sur base des résultats. "

Quels tests utilise-t-on pour mesurer le QI ?

" Il en existe deux grands types. D'une part, les tests individuels tels que WAIS, WIPPSI ou GIT qui testent généralement tant les aptitudes verbales que les performances. D'autre part, des tests collectifs réalisés par des organisations telles que Mensa. Ils se concentrent souvent davantage sur les performances. La plupart des tests comportent des séries logiques à  compléter. Certains tests se composent également de différentes parties, auxquelles s'ajoutent parfois des épreuves verbales, des tests de classement ou d'autres épreuves. "

Quelle est l'échelle de classement des QI ? Où se situent le haut et le bas du classement ?

" Le QI est exprimé sous forme d'un nombre normalisé, dont la moyenne est 100. On parle de haut potentiel intellectuel lorsque l'on fait partie des 2 % des meilleurs scores, ce qui correspond à  un QI de plus de 130, avec un écart par défaut de 15. Inversement, ceux qui font partie des 2 % de personnes ayant enregistré le score le plus faible sont présumés présenter des facultés mentales limitées, avec un QI inférieur à  70. Une 'intelligence normale' se  situe entre 85 et 115. 68 % de la population appartient à  cette catégorie. "

Quels sont les avantages et les inconvénients d'un QI élevé ?

" Ce n'est pas toujours évident à  différencier, car ce qui pour les uns constitue un avantage sera perçu par d'autres comme un inconvénient. Les avantages les plus évidents sont par exemple la facilité à  opérer des associations d'idées, un sens aigu de la justice, une créativité certaine et un spectre d'intérêt élargi. Les hauts potentiels intellectuels sont également dotés d'une personnalité 'complexe' et peuvent accomplir de grandes prouesses intellectuelles. La plupart ont également une bonne connaissance d'eux-mêmes. "

" Le perfectionnisme est également une caractéristique des personnes à  haut potentiel, mais dans la pratique cela ne constitue pas toujours un atout. Autre inconvénient : ces personnes éprouvent souvent plus de difficultés à  nouer des contacts sociaux. Cela provient souvent du fait qu'elles se sentent incomprises par leur entourage. Dans certains cas, cela peut les amener à  se forger une faible estime de soi. Un autre problème récurrent réside dans l'échec scolaire, qui peut surgir lorsque les enfants à  haut potentiel ne sont pas suffisamment stimulés, par exemple parce qu'ils ne trouvent pas les leçons intéressantes ou que la matière leur paraît trop facile. "

Les personnes à  haut potentiel disposent-elles d'un atout sur le marché du travail ?

" Ici aussi, la réponse est ambigà¼e. D'une part, il peut s'agir d'un atout parce que les personnes dotées d'un QI élevé satisfont généralement aux exigences spécifiques du marché du travail. Les personnes à  haut potentiel disposent pour la plupart d'un diplôme supérieur et relèvent haut la main les tests organisés lors des sélections. "

" D'autre part, il peut s'agir d'un désavantage si le candidat fait état de son haut potentiel lors d'un entretien d'embauche. Le recruteur peut trouver le candidat 'bizarre' ou craindre d'avoir affaire à  quelqu'un de plus intelligent que lui. Les hauts potentiels peuvent susciter la jalousie et réduire ainsi leurs chances de décrocher un emploi. Présenter un CV pour une personne bardée de diplômes et de centres d'intérêt n'est pas toujours aussi avantageux qu'il n'y paraît ; les recruteurs ont vite tendance à  trouver ces personnes surqualifiées ou dispersées. "

Dans quelles fonctions retrouve-t-on le plus de personnes dotées d'un QI élevé ?

" Il n'existe pas de profession-type pour les hauts potentiels. Lorsqu'on parcourt la liste de membres de Mensa, on y trouve aussi bien des médecins que des enseignants, des psychologues, des informaticiens, des ingénieurs et des juristes, des dockers ou des employés de supermarché. "

Pour conclure : combien de membres compte l'association Mensa en Belgique ?

" Mensa compte environ 110 000 membres dans le monde, et entre 300 et 400 membres en Belgique. Il existe bien entendu d'autres "surdoués", mais tous ne ressentent pas le besoin d'adhérer à  Mensa. Certains ne s'intéressent même pas à  leurs hautes capacités intellectuelles. Mais la plupart des membres de notre association me confient qu'ils sont ravis de pouvoir être en contact avec d'autres personnes comme elles. Mensa est avant tout une association sociale. Fondée dans le sillage de la Deuxième Guerre mondiale pour réunir tous les cerveaux et se pencher sur la paix mondiale, elle est devenue une organisation à  laquelle on adhère principalement pour rencontrer des personnes ayant le même fonctionnement intellectuel et participer ensemble à  des activités conviviales. "

Intéressé? Plus d'infos sur www.mensa.be

Retour à la liste