Un travailleur sur 3 aimerait télétravailler mais n’en a pas la permission

Publié : jeudi 29 mars 2018 Par

Environ un tiers de ceux qui ne pratiquent actuellement pas le télétravail (au moins un jour par semaine) voudraient pourtant le faire, mais n’ont pas l’autorisation de leur employeur. C’est ce qui ressort d’une enquête du SPF Mobilité menée auprès de 2.000 travailleurs belges. L’information a été rapportée par De Standaard, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg.

Télétravail

Un groupe assez important de travailleurs dépendrait ainsi de “petites adaptations” et d’un changement de mentalité de l’employeur, qui pourraient permettre dans un avenir proche à l’employé de s’adonner au télétravail.

La part de télétravailleurs, actuellement de 17 %, a ainsi le potentiel de croître considérablement et assez rapidement (jusqu'à 42 %), ce qui aurait un impact “très important” sur la mobilité, relève le SPF.

Pour rappel, le télétravail permet actuellement d’économiser 9 millions de kilomètres par jour, soit une réduction de 6,7 % du nombre de voyages. Lorsque la part de télétravailleurs aura atteint les 42 %, nous pouvons nous attendre à une réduction de 16,5 % des kilomètres parcours (avec un jour de télétravail par semaine), soit une diminution de près de 23 millions de kilomètres au total par jour.

Retour à la liste