Un travailleur sur trois s'épanouit moins dans son travail

Date de publication: 24 mars 2021

C'est ce qu'il ressort d'une enquête réalisée par Protime auprès de 1.000 travailleurs belges francophones qui, depuis le début de la pandémie, travaillent régulièrement ou constamment depuis leur domicile.

épanouissement travail

Alors que nous sommes nombreux à travailler normalement avec des collègues au bureau, nous le faisons à domicile depuis maintenant un an. Cela présente de nombreux avantages, mais le télétravail a également un effet négatif. Le télétravail a un impact majeur sur la culture d'entreprise. Pour preuve, les 18,1% de travailleurs qui, depuis qu’ils travaillent de leur domicile, se sentent moins impliqués dans leur organisation. Ce phénomène semble être plus fréquent chez les femmes (19,4%) que chez les hommes (17%).

Ce que représente leur organisation et ce qui la distingue des autres est moins clair pour près d’un quart des personnes interrogées (19,2%) depuis le début de la pandémie. Près d’un travailleur en télétravail sur huit (12,7%) s’est familiarisé avec la mission de son entreprise au cours de cette période.

Moins de soutien de la part des collègues et des managers

Une papote impromptue entre collègues n’est plus possible actuellement. Peut-être s’agit-t-il d’une des raisons pour lesquelles près de deux répondants sur trois (66,5%) estiment être moins au courant du travail de leurs collègues, par rapport à la période d’avant la crise du coronavirus. Le fait que nos relations avec nos collègues et managers soient sous pression, semble due au fait que nous recevons moins de soutien.

Par exemple, moins de la moitié des personnes interrogées (42,6%) indiquent qu’ils peuvent toujours s’adresser à leurs collègues pour des questions et des conseils, par rapport à la période précédent la crise du coronavirus. Le management obtient à peine de meilleurs résultats: seule la moitié des répondants (45,3%) estime que ses supérieurs l'aident en cas de questions. L’épanouissement au travail est aussi en recul depuis le début de la pandémie pour près d’un télétravailleur sur trois (32,5%).

Les résultats de cette étude ne surprennent également pas Lode Godderis, professeur de médecine du travail à la KU Leuven: « La perte de contacts sociaux avec les collègues nous fait nous sentir moins conscients de ce qui se passe au travail. Après une journée remplie de visioconférences, beaucoup n’ont plus envie de se retrouver numériquement avec des collègues. Néanmoins, ces réunions virtuelles ont encore beaucoup de sens. Par exemple, vérifiez numériquement la semaine de travail avec les collègues, où vous pouvez indiquer ce que vous faites et ce pour quoi vous auriez besoin d’aide. Gardez également un rendez-vous physique, en respectant les règles, par exemple en faisant une promenade déjeuner d’une demi-heure avec un collègue. C’est l’un des meilleurs moyens de maintenir le contact essentiel avec vos collègues. »

Comment remotiver les troupes et les impliquer davantage ?

L’étude de Protime s’est aussi intéressée aux mesures et initiatives à prendre par l’entreprise pour accroître l’implication de ses collaborateurs. Largement en tête des réponses, on trouve les ‘surprises/petites attentions’ (26,2 %), suivies par les ‘activités virtuelles hebdomadaires telles qu’un café virtuel’ (20,7 %). Le ‘démarrage’ de journée virtuel en équipe (18,7 %), 'davantage de suivi de la part de mon supérieur' (18,7 %) et 'le siège social comme lieu de rencontre où l’on se retrouve régulièrement' (13,4 %) occupent les trois dernières places.

>> À lire aussi : Seules 4 entreprises sur 10 misent sur le bien-être au travail de manière structurelle

>> Consultez toutes nos offres d'emploi