Une certification des bonnes pratique en Ressources Humaines

Chaque année, Le Top Employers Institute décerne le titre de ‘’Top Employer’’, mettant en valeur, grâce à une certification, les ressources humaines des entreprises pour leurs bonnes pratiques. Top Employers Institute se développe au niveau global avec 11 bureaux à travers le monde. Créé il y a 31 ans, l’institut a certifié plus de 1900 organisations dans 123 pays.

Le nom de ‘’Top Employer’’ ne vous est probablement plus inconnu. L’institut hollandais du même nom est né en 1991, tout d’abord comme éditeur de livres relatant les interviews de bonnes pratiques de grandes entreprises. Son évolution logique a voulu leur attribuer des scores en fonction des politiques mises en œuvre par les ressources humaines (RH) des organisations. Si jusqu’en 2011, l’entreprise se développait autour de l’édition, c’est aujourd’hui toute une société globale de certification qui est mise place. Le programme permet aux entreprises de s’évaluer afin d’améliorer au maximum leur environnement de travail.  

En 2022, plus de 1900 organisations ont ainsi été certifiées pour leurs bonnes pratiques, dont 84 en Belgique. 

Steven Van Raemdonck, Top Employer 2022

Steven Van Raemdonck,country manager Belgium du Top Employers Institute. ▶ D.R

Reconnaissance, restitution et engagement 

L’importance pour les candidats de se voir décerner ce titre est principalement de pouvoir se positionner en tant qu’employeurs de qualité, dans l’envie de montrer la priorité qu’ils octroient à leurs collaborateurs. L’enjeu se place notamment autour de la pénurie des talents – qui représente le manque de recrutement d’employés de qualité – afin d’afficher une image de marque de l’entreprise (employer branding). « Pourquoi ils nous contactent ? La première raison est d’obtenir un ‘‘label’’ de qualité pour se positionner comme un employeur de choix.  

La première année de participation est la ‘‘mesure 0’’, ils seront obligés de questionner toutes leurs pratiques RH. Dès qu’ils sont certifiés, ils découvrent le benchmark (NDLR : comparaison avec la concurrence) et peuvent ainsi faire une comparaison entre les politiques RH de l’organisation-même avec les autres participants. Grâce à cela, ils découvrent leurs points forts et leurs points faibles.  

Ensuite, on les incite à faire mieux, mais chacun est libre. Nous n’obligerons évidemment jamais les entreprises à faire quelque chose, nous ne sommes pas des consultants. Les contextes de chaque organisation sont différents. On ne peut évidemment pas demander à un hôpital de travailler de la maison par exemple. On confronte les faits. C’est ensuite à eux de faire leurs choix afin de s’améliorer en fonction de ce qu’ils voient dans les résultats » nous explique Steven Van Raemdonck country manager Belgium du Top Employers Institute

Le Top Employer se décline donc sous trois mots d’ordre : la reconnaissance, la restitution et l’engagement. Tout d’abord la reconnaissance internationale des pratiques RH de l’entreprise, lui assurant une image de marque comme bon recruteur. La restitution des benchmarks et insight qui permettent d’améliorer les pratiques des organisations.  

L’engagement enfin, grâce au réseau que Top Employers Institute met en place.  

Avec cette certification, les organisations montrent ainsi l’importance qu’elle porte à leurs talents ainsi qu’à leurs futurs collaborateurs. 

Top Employer 2022

Des critères élevés 

Les critères de sélection se basent sur plus de 450 pratiques en matière de ressources humaines. Des critères hauts et stricts qui justifient un niveau de maturité en matière RH pour réussir à obtenir le statut de Top Employer. Les questions passées au crible sont aussi vastes que variées. Elles couvrent en effet les thématiques de direction, d’environnement de travail, d’image de marque de l’employeur (employer branding) à la planification des effectifs. 

Concrètement, comme l’explique le country manager, toutes les étapes sont assujetties au règlement de Top Employers Institute : « Pour chaque nouvelle entreprise qui se présente, nous vérifions préalablement à la participation si une organisation a, en soi, les qualités pour obtenir le titre de Top Employer.  

Dès qu’elle se lance dans notre programme, on regarde de façon holistique tous les aspects des RH. On demande aux organisations ce qu’elles mettent en place pour leurs employés. Chaque réponse peut être vérifiée lors de la phase de l’audit. Inutile pour les entreprises de mentir, on annulera la réponse si c’est le cas » nous raconte-t-il. Pour être éligible, il faut également que l’entreprise emploie au moins 250 collaborateurs dans le pays ou 2500 à l’international. 

Steven Van Raemdonck rappelle que le titre de Top Employer s’agit d’une certification et non d’une compétition.  

« Il n’y a pas de lauréat, ce n’est pas un jeu. Les entreprises ne participent pas dans l’idée d’arriver les premières ».  

Il insiste, expliquant le titre comme un moyen de connaître sa position RH sur le marché du travail afin de faire mieux, de s’améliorer. « Notre slogan, c’est : For a better world of work » conclut-il en souriant. 

Retour à la liste