Vers une mobilité plus durable?

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 20 sept. 2021

Alors que les alternatives en faveur d'une mobilité durable en tout genre se multiplient, les entreprises, elles aussi, se tournent davantage vers des choix de mobilité plus doux et plus respectueux de l'environnement.

mobilité durable

Du 16 au 22 septembre prochain, comme chaque année depuis 2000, la mobilité sera à mise à l’honneur lors de la Semaine européenne de la mobilité, au cours de laquelle des dizaines de villes et régions d’Europe se mobilisent. Cette année, la thématique centrale est l’intermodalité, soit la combinaison de plusieurs modes de transport pour effectuer un trajet.

Cette initiative de la Cellule Mobilité de l’UWE et du SPW s’adresse d’une part aux citoyens belges et sert à mettre en lumière les avantages et modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle comme la marche, le vélo, le covoiturage et les transports en commun. Le tout en vue d’agir en faveur d’une mobilité plus durable, plus efficace et plus respectueuse de notre cadre de vie et de notre environnement.

La Semaine de la Mobilité s’adresse d’autre part aux entreprises, plus globalement. La transition vers un mode de vie mobile plus durable se fait certes à petite échelle mais il doit surtout s’opérer à un plus large niveau, celui des sociétés. Lors de la semaine de la mobilité, on retrouve notamment, le Défi Mobilité des Entreprises qui vise à sensibiliser, expérimenter et partager des expériences de mobilité avec ses collaborateurs via de nombreuses activités.

>> À lire aussi : La durabilité, un argument qui attire les jeunes talents

Des voitures de société plus écologiques

Concrètement, en Belgique, les efforts pour tendre vers une mobilité plus durable se font de plus en plus ressentir : d’ici 2026, la fiscalité belge entend rendre les voitures de sociétés plus écologiques et moins polluantes.

D’après une enquête menée par Acerta, entreprise de services RH (et partagée par Belga), trois entreprises sur quatre feront de la mobilité durable une priorité dans leurs opérations d’ici 2023. 47 % encouragent leurs collaborateurs à se déplacer de manière écologique, en proposant des options de mobilité verte dans leur package salarial. 28 % prévoient d'instaurer cette mesure dans les deux ans. Aujourd’hui, c’est l’option du vélo électrique (47 %) qui est la plus proposée, suivi des abonnements aux transports en commun (46 %) et de la voiture de société électrique (43 %).

>> À lire aussi : Le vélo de leasing a la cote

Le travail hybride influence la mobilité

Il ressort également de l’enquête que les grandes sociétés prennent de plus en plus de mesure pour rendre plus écologique leur flotte que les petites entreprises (plus de 50 % dans les entreprises de 250 travailleurs ou plus, contre 36 % dans les entreprises de moins de 10 travailleurs). Rien de surprenant étant donné que l'impact de la nouvelle fiscalité est plus important à mesure que la flotte automobile augmente en ampleur.

Enfin, d’après Acerta, le passage au travail hybride après une période de télétravail obligatoire impact aussi la mobilité. Les personnes qui télétravaillent (partiellement) ne parcourent pas (ou moins) de kilomètres pour les trajets domicile – lieu de travail. Il est donc logique que la nouvelle organisation du travail – le travail hybride – influence les choix de mobilité.

>> À lire aussi : 75% des Belges veulent lutter contre le changement climatique au travail

>> Consultez toutes nos offres d'emploi