Viré à cause d'un tatouage

Carl Newman, un ancien marine américain, a été viré de son travail de conducteur de train. La raison ? Un tatouage sur son bras, retranscrivant une citation d’un éminent général militaire.

Après son service en Irak, le vétéran Newman est retourné à la vie civile et a trouvé un job à l’Union Pacific Railroad du Kansas. Il a cependant été licencié en 2010, parce qu’il avait selon ses supérieurs enfreint le règlement de travail. Verdict: incitation à la violence sur le lieu de travail.

L’homme originaire du Kansas avait en effet un tatouage sur son bras, une citation un brin extrême du général James Mattis (notre photo), actuellement commandant de l’United State Central Command. Quand celui-ci dirigeait les 'marines' en Irak en 2003, il a annoncé ces quelques mots à plusieurs chefs de tribus irakiennes : "I come in peace. I didn't bring artillery. But I am pleading with you, with tears in my eyes: If you f--- with me, I'll kill you all." (Je viens en paix. Je n’ai pas amené d’armes. Mais je vous en supplie, les larmes aux yeux: Si vous déconnez, je vous tue tous).

C’est cette citation de Newmann sur son bras qui aurait donc été la cause de son licenciement. Mais selon lui, ce tatouage n’a été qu’une excuse pour pouvoir le virer. La vraie raison, toujours selon Newman, serait qu’il a dénoncé des conditions de travail dangereuses à la Union Pacific Railroad. Il aurait ainsi appellé des centaines de fois le téléphone de sécurité pour se plaindre de situations dangereuse sur les voies.

Presque deux ans plus tard, Newman conteste toujours son licenciement. Il exige à la justice une compensation pour ses pertes de salaire et d’avantages, les frais médicaux forcés et les dommages subis. En outre, il demande un dédommagement moral et il veut que son employeur précédent prenne en charge ses frais juridiques.

Retour à la liste