Visioconférence : plus la qualité de communication est mauvaise plus vous parlerez fort

Si la qualité d'une image lors d'un appel vidéo se détériore, les gens commencent à parler plus fort et gesticulent. C'est ce qu'il ressort d'une étude menée par deux scientifques aux Pays-Bas.

visioconférence

Si la qualité d'image d'un appel vidéo se détériore, les gens commencent à parler de plus en plus fort et ils gesticulent davantage pour compenser. C'est ce qu'a démontré une étude menée par des scientifiques néerlandais lors d'une conversation vidéo avec deux personnes. Ils ont progressivement détérioré la qualité visuelle pour voir comment cela affectait la façon dont ils parlaient. Plus l'image était mauvaise, plus les gens parlaient fort.

Selon les chercheurs, le même phénomène se produit lorsque vous parlez à quelqu'un dans un environnement animé avec beaucoup de bruit de fond. "Ensuite, vous utilisez généralement des gestes pour appuyer vos paroles. Vous vous mettez aussi à parler plus fort", explique l'un des chercheurs. "Lors d'un appel vidéo, tout problème qui rend la compréhension de l'autre plus difficile est généralement dû à des problèmes techniques. Cependant, nous avons toujours tendance à utiliser les mêmes techniques pour compenser."

Comprendre la communication à distance

Depuis la crise Covid-19, les gens communiquent beaucoup plus par visioconférence. Il est donc plus important de comprendre comment les gens communiquent à distance.

L'étude montrerait que le langage corporel joue un rôle majeur dans la communication. "Nos résultats soutiennent l'idée que les gestes sont plus qu'un simple signal compensatoire ou de soutien. Cela montre que la parole et les gestes sont intégrés. Les gens compensent le manque d'image en parlant plus fort et en faisant de plus grands gestes", poursuit le premier chercheur.

>> À lire aussi : Peut-licencier par visioconférence?

Importance du langage corporel

Pour cette étude, des conversations vidéo entre vingt couples ont été analysées. Les binômes devaient s'appeler par vidéo depuis des pièces séparées. Pendant les conversations, la qualité vidéo des appels s'est progressivement dégradée, tandis que la qualité audio est restée la même.

Après l'analyse des images, les chercheurs que les participants parlaient de plus en plus fort à mesure que la qualité de l'image diminuait, jusqu'à un certain point. Dès que la visibilité est devenue trop faible, le contraire s'est produit. Les participants semblaient abandonner lorsque la qualité de l'image devenait trop mauvaise.

La même chose a été observée pour les gestes. Plus la qualité est mauvaise, plus les gens s'expriment par le langage corporel. Dès que la qualité de l'image est devenue trop faible pour voir correctement les gestes de la main, ils ont eux aussi été de moins en moins utilisés.

"Certains chercheurs affirment que les gestes ne sont qu'un complément à la parole et non une partie essentielle de celle-ci. Si c'était le cas, les gens ne parleraient pas plus fort pour compenser l'absence de gestes, ou vice versa." Les recherches futures sur la parole devraient donc également s'intéresser de près aux gestes", conclut le chercheur.

>> À lire aussi : Vidéoconférence : mon patron peut-il m'obliger à allumer ma caméra?

>> Consultez toutes les offres d'emploi