Vous êtes un travailleur brillant? Voici comment devenir baron

Le roi vient d'accorder les faveurs nobilitaires pour 2014... Mais comment devient-on baron au juste ?

Vous avez beaucoup apporté à  la société, vous avez fait progresser votre secteur d’expertise? Peut-être pouvez-vous faire partie de la noblesse. Pouvoir inscrire ‘chevalier’ ou ‘baron’ sur sa carte de visite, ce n'est pas rien... Les gens particulièrement méritants pourront peut-être bientôt prendre le thé aux côtés du roi. C’est en effet lui qui nomme les nobles, même si cela ne signifie pas pour autant que c’est lui qui décide qui sera anobli.

Commission consultative

C’est la Commission consultative pour la reconnaissance des faveurs nobiliaires, dépendante du Service fédéral des Affaires étrangères, qui décide de l’attribution des grâces de noblesse. Elle est composée de maximum quatorze membres indépendants, qui ne reçoivent aucune rémunération pour cela.

Chaque année, la Commission fait une liste de personnes qui pourraient mériter un titre de noblesse. Il s’agit de personnes particulièrement méritantes, originaires du monde académique, des arts, de la magistrature, du monde des affaires, du domaine social ou du sport. Celui qui veut présenter spontanément sa candidature ou celle de quelqu’un d’autre en a le droit: il doit dans ce cas s’adresser par courrier au Roi (Palais Royal, 1000 Bruxelles) ou au Ministre des Affaires étrangères. Toutes les autres demandes sont irrecevables.

Différents grades

En fonction de votre mérite, vous pourrez devenir chevalier, baron, vicomte ou comte, chevalier étant le titre de noblesse le moins élevé. Ainsi le chanteur Salvator Adamo a été nommé chevalier, la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker et Annie Cordy sont baronnes, les astronautes Dirk Frimout et Frank De Winne sont vicomtes. Maurice Lippens fait quant à  lui partie du groupe très sélect des comtes.

Quand la Commission a établi cette liste de noms, elle aboutit chez le Ministre des Affaires étrangères. Celui-ci peut approuver les noms proposés, en supprimer et même en ajouter. C’est enfin au tour du cabinet du Roi de valider la liste. "Il est question d’une dizaine de noms par an", nous explique Paul de Win, le greffier du Conseil de la noblesse.

Celui qui fait partie de la liste doit encore donner son accord: si on ne souhaite pas recevoir de titre de noblesse, on peut le refuser. Finalement les nominations sont annoncées dans un Arreté Royal, généralement juste avant la fête nationale.

Frais : 3.700 euros

"C’est seulement le début de la procédure" explique Paul de Win. "Une lettre sera ensuite écrite – calligraphiée, sur parchemin – où il est expliqué pourquoi le titre de noblesse est accordé." Ces documents reprennent également la devise et le blason de la personne anoblie. Pour Annie Cordy par exemple, il s'agit de la devise "La passion fait la force" et d'armoiries représentant la Comédia De'll Arte.

Tout ceci doit d'abord être approuvé par le Conseil de la noblesse. Cette lettre sera ensuite confectionnée par un artiste indépendant, et coûtera environ 3.000 euros. Des droits d’enregistrement doivent aussi être payés: il faut compter 751,20 euros.

Quand le candidat-noble se rendra à  la commune avec les papiers nécessaires, il deviendra officiellement et définitivement noble.

Retour à la liste