Vous changez fréquemment d’emploi? Ce n’est peut-être pas une bonne chose pour votre carrière

Rédigé par: M. Martin
Date de publication: 31 oct. 2018

Les employeurs belges se méfient des travailleurs qui changent souvent d’emploi, connus sous le nom de “Job hoppers”.

Emploi

Pas moins de 56 % des 202 employeurs interrogés par Indeed en Belgique ont en effet déclaré qu’ils n’invitaient pas ou rarement un candidat à un entretien s’ils pensaient qu’il changeait trop fréquemment d’emploi. Un employeur sur quatre déclare même que les salariés ayant occupé plusieurs postes à court terme sont néfastes à l’organisation.

Certains employeurs reconnaissent toutefois certains avantages à l'embauche de jobs hoppers tels que le gain de nouvelles connaissances (75 %), l’apport de perspectives et idées neuves (61 %) ou encore le fait que leurs collègues peuvent acquérir de nouvelles compétences (28 %).

Les employés, quant à eux, ont généralement une attitude plus favorable vis-à-vis des job hoppers que les employeurs. Selon 64% des salariés interrogés, un changement fréquent d’emploi n'a aucun impact sur leur carrière, tandis que 17% estiment qu'il apporte même une valeur ajoutée.  Mais 19% pensent que le fait de sauter d'un poste à l'autre fait plus de mal que de bien à leur propre carrière. 

Cependant, la moitié des salariés se rendent bien compte qu’un changement fréquent d’emploi peut être perçu négativement par un futur employeur (49%) et quatre sur dix estiment qu'il peut témoigner d'un manque de loyauté envers l'employeur actuel (42%). Selon 41% des sondés, sauter d'un emploi à l'autre peut révéler une indécision quant à la carrière à suivre.

Enfin, si les salariés changent fréquemment d’emploi, c’est parce qu’ils ne parviennent pas à s’intégrer dans un nouvel environnement de travail (40 %), parce que l’emploi ne répond pas à leurs attentes (36 %) ou parce qu’ils ont reçu une meilleure proposition ailleurs (35 %).